Royal se la joue bonne camarade

  • A
  • A
Royal se la joue bonne camarade
@ Reuters
Partagez sur :

Elle a affirmé jeudi qu’elle ne se présenterait pas si Martine Aubry ou DSK étaient candidats.

Plus le temps passe, et plus la probabilité de voir Ségolène Royal se présenter à la présidentielle de 2012 s’éloigne. L'ex-candidate de 2007 pourrait même ne pas de présenter aux primaires du Parti socialiste, probablement à la fin de l’année 2011. C’est ce qu’elle a laissé entendre jeudi sur BFM.

"Je ne sais pas encore. J'en discuterai avec les autres", a-t-elle d’abord répondu à une question sur sa candidature à ces fameuses primaires. Mais elle a rapidement précisé : "Je ne serai pas candidate contre Martine Aubry ou Dominique Strauss-Kahn. S'il y a un conflit, c'est ingagnable Ce qui sera très important, c'est l'unité, l'union de la gauche, des républicains, des démocrates".

Ségolène Royal parle en connaissance de cause. En 2007, elle avait emporté le vote des militants contre Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius. Mais c'est un parti divisé qui avait ensuite fait campagne, parfois à contrecoeur, pour sa victoire.

Regardez la réaction des perdants de 2007 :

retrouver ce média sur www.ina.fr




Pas de guerre des femmes

L’ancienne candidate à l’élection présidentielle de 2007 s’est ensuite focalisée sur le cas de Martine Aubry, avec qui elle entretient des relations plutôt tendues. "Quand la droite rêve d'une guerre entre les deux femmes, comme je l'ai entendu encore hier, elle se trompe. Cette guerre n'existera pas. Je ne serai pas candidate contre Martine Aubry si elle décide de l'être. J'apporterai tout mon soutien. Et inversement, je ferai pour le mieux si le PS se rassemble autour de moi", a-t-elle poursuivi.

Le 30 mai dernier, déjà, Ségolène Royal avait lancé qu’elle préférait "faire le sacrifice d'une ambition personnelle et voir gagner la gauche, que le contraire". Jeudi, elle a confirmé : "les itinéraires personnels ne comptent plus, vu la situation dans laquelle la France est. (…) Cela veut dire que ce qui est important, c'est de débarrasser la France de ce pouvoir sarkozyste qui fait tant de dégâts", a-t-elle insisté.