Roms : un dossier pour le gouvernement

  • A
  • A
Roms : un dossier pour le gouvernement
Une réunion interministérielle consacrée à la question des Roms se tiendra mercredi à Matignon.@ MaxPPP
Partagez sur :

Une réunion se tient mercredi à Matignon pour trouver des solutions au sort de cette communauté.

Récemment visée par des opérations de police controversées, les Roms seront au coeur de la réunion interministérielle qui se tient mercredi après-midi à Matignon. La rencontre, présidée par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, rassemblera plusieurs ministres dont Manuel Valls et Cécile Duflot. Le collectif Romeurope sera également reçu.  

A quelques heures de cette réunion, Europe1.fr détaille les quelques pistes de réflexion déjà évoquées par des membres du gouvernement pour améliorer la situation des Roms en France.           

• Lever les "mesures transitoires". Les associations de défense des droits des Roms réclament unanimement l'annulation des "mesures transitoires" qui leur sont appliquées jusqu'à fin 2013. Ces mesures obligent l'employeur voulant embaucher un ressortissant bulgare ou roumain, principales nationalités des Roms, à payer des taxes à l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) pour un emploi limité à une liste de 150 métiers, et soumis à autorisation préfectorale qui peut entraîner plusieurs mois d'attente.

Les supprimer "ne créera pas un appel d'air de migrants comme le craignent certains. L'Irlande (en juillet) et l'Italie (en janvier) l'ont fait et n'ont eu aucun problème", assure ainsi Malik Salemkour, du collectif Romeurope.        

>> Faut-il ouvrir le marché du travail aux Roms ?        

• Lister terrains et locaux disponibles pour le relogement. "Nous recensons les terrains et locaux disponibles immédiatement dans les départements qui sont en premier lieu concernés: Seine-Saint-Denis, Paris, Nord, Rhône et Bouches-du-Rhône", a indiqué la ministre du Logement Cécile Duflot vendredi dans Libération.

L'objectif de ne pas évacuer de camps illégaux de Roms sans solutions de relogement, engagement de François Hollande durant la campagne présidentielle, "sera progressivement mis en oeuvre, mais c'est difficile", avait dit avant elle le ministre de l'Intérieur Manuel Valls.           

>> Roms : Aubry en appelle à l'Etat 

22.08 roms campement Essonne

© MAX PPP

• Recenser les initiatives "prometteuses". Les services de Cécile Duflot examinent les "initiatives prometteuses alliant hébergement et accompagnement des populations roms vers les dispositifs de droit commun en matière de travail, de santé, d'emploi et de logement". "Espaces aménagés pour un accueil individuel ou collectif, structures d'habitat temporaires, places d'accueil d'urgence spécifiques, expérimentation de l'accompagnement dans le logement diffus: il faut recenser et évaluer ces projets, afin de pouvoir généraliser ceux qui fonctionnent" et qui "ne sont pas nécessairement coûteux", explique la ministre.

Parmi ces initiatives, les "villages d'insertion" ont été évoqués à plusieurs reprises. Mais Saimir Mile, président de l'association La Voix des Roms, les désigne comme "précisément l'écueil à éviter", "un assistanat aveugle qui cache mal le contrôle social qu'incarne ce genre de dispositif".

• Intervenir au niveau européen. Les politiques ont conscience que rien ne pourra être réglé sans l'Europe : "la vraie solution" est que les pays d'origine "changent fondamentalement leurs politiques qui discriminent depuis des décennies ces populations", a estimé Manuel Valls la semaine dernière. Mais quelle forme prendrait une initiative au niveau européen ? C’est l’une des questions auxquelles le gouvernement devra répondre.