Richert demande à Cazeneuve d'avertir les proviseurs de lycéens fichés "S"

  • A
  • A
Richert demande à Cazeneuve d'avertir les proviseurs de lycéens fichés "S"
@ PATRICK HERTZOG / AFP
Partagez sur :

Le président de la région Grand Est a demandé au ministre de l'Intérieur d'avertir les lycéens qui sont fichés "S". 

Le président de la région Grand Est, Philippe Richert, a écrit au ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve pour lui demander que les chefs d'établissements scolaires soient avertis de la présence de jeunes fichés "S", a-t-il annoncé jeudi.

"Un suivi spécifique". "Sans porter atteinte à la présomption d'innocence mais en considérant la situation particulière d'état d'urgence dans laquelle se trouve notre pays, il me semblerait pertinent d'associer plus étroitement les chefs d'établissements scolaires qui accueillent un public fiché 'S', notamment en les avertissant des individus concernés", écrit Philippe Richert dans une lettre.

Il estime que les proviseurs pourraient ainsi exercer "un suivi spécifique" et agir avec "une réactivité accrue en cas de survenance d'une difficulté". "Dans le même esprit, il m'apparaît nécessaire de transmettre les mêmes informations au président du Conseil régional, co-garant de la sécurité au sein des établissements scolaires", ajoute-t-il. 

Collaboration entre préfecture et rectorat. Dans l'entourage du ministre de l'Intérieur, on précise, selon les informations recueillies par Europe 1, que la plupart des jeunes élèves signalés le sont pour être pris en charge en prévention. Ils ne sont pas fichés "S".

D'autre part, les cellules de suivi préfectoral, mises en place depuis avril 2014 dans le cadre de cette prévention de la radicalisation, associent à leur action les recteurs d'académie. Les responsables éducatifs sont donc informés, et ont déjà la possibilité d'interagir avec le préfet, indique-t-on du côté du ministère.