Retrait de la loi Travail : "Ce scénario est impossible", estime le député PS Carlos Da Silva

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

NIET - Le député socialiste de l'Essonne, proche de Manuel Valls, considère qu'un recul signerait "la fin du quinquennat de François Hollande".

INTERVIEW

Face aux blocages de la CGT, qui durent désormais depuis plus d'une semaine, le gouvernement reste inflexible. Pas question, ont dit et répété François Hollande et Manuel Valls, de retirer la loi Travail très décriée par les syndicats. "Il n'y aura pas de retrait du texte", a renchéri Carlos Da Silva, jeudi, sur Europe 1. Pour le député socialiste, proche de Manuel Valls, "ce scénario est impossible". "Si ce projet de loi venait à être retiré, je considère que ce serait la fin du quinquennat de François Hollande", estime l'élu de l'Essonne.

"On ne va pas réécrire l'article 2". Carlos Da Silva a certes convenu qu'il y avait "des possibilités d'amélioration du texte". Mais sans modification de l'article 2, qui consacre l'inversion de la hiérarchie des normes. "Il peut y avoir, sur d'autres articles [que le 2], des améliorations", a indiqué le député PS. "On ne va pas réécrire l'article 2 car si on réécrit l'article 2, c'est la CFDT, l'Unsa et la CFTC qui se sentiraient floués." Une allusion aux organisations syndicales qui, contrairement à la CGT, ont approuvé le projet de loi final. Ce discours se calque sur celui de Manuel Valls qui, après avoir entendu plusieurs personnalités politiques proposer de revenir sur l'article 2, a répondu avec fermeté que ce n'était pas au programme.   

"Un combat d'arrière-garde". Pour le député, les blocages de la CGT sont donc injustifiés. "L'objet de ce texte n'est pas d'embêter les salariés mais de continuer la dynamique de création d'emplois. Le combat politique que mène la CGT est un combat d'arrière-garde." Si le syndicat contestataire a choisi la méthode forte, c'est, selon l'élu, parce que "leurs manifestations ne prenaient pas d'ampleur". Tout comme le secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidalies, également invité sur Europe 1 jeudi, Carlos Da Silva compte sur le passage du texte au Sénat pour faire plier ses opposants. "La CGT dit que cette loi n'est pas de gauche, mais quand elle va revenir à l'Assemblée après le travail de la droite sénatoriale, ils [les syndicalistes] verront ce qu'est une loi Travail de droite."