Retailleau raconte comment il a échappé à un attentat en Irak

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le chef de file des sénateurs UMP a échappé de peu, mercredi, à un attentat dans la capitale de la région autonome du Kurdistan irakien.

L'INFO. Mercredi, un kamikaze a fait exploser une voiture piégée, tuant quatre personnes à Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan irakien. Quelques minutes avant l'explosion, une délégation française, conduite par le sénateur vendéen Bruno Retailleau et venue livrer 10 tonnes d'aide en faveur des personnes déplacées d'Irak, se trouvait au QG visé à Erbil. Jeudi, Bruno Retailleau a raconté son histoire au micro d'Europe 1.

"Les milices sont affaiblies". Le chef de file des sénateurs UMP est revenu dans la nuit. "J'y ai échappé à 15 minutes près, mais ce n'est pas moi qui était visé. C'était le gouverneur, qui est l'homme fort là-bas. Le denier attentat à Erbil datait du 26 septembre 2013. Les milices sont affaiblies, il y a eu des victoires, notamment au barrage de Mossoul. Mais Daech [le nom parfois utilisé pour désigner l'organisation Etat islamique, ndlr] s'est adapté à ces frappes aériennes de la coalition en se fondant beaucoup plus dans la population, ce qui rend les frappes plus problématiques."

>> L'intégralité de l'entretien en vidéo :



Bruno Retailleau : "Daesh c'est l'islamo-fascisme"par Europe1fr