Revivez l'annonce du gouvernement Édouard Philippe II

  • A
  • A
Revivez l'annonce du gouvernement Édouard Philippe II
@ AFP
Partagez sur :

Cinq nouveaux ministres font leur entrée au gouvernement. Deux femmes sont nommées à des postes régaliens : Nicole Belloubet à la Justice et Florence Parly aux Armées. 

Suivez le live
Cette page s'actualise automatiquement
19h59
Le 21 juin 2017
Ce qu'il faut retenir du gouvernement Édouard Philippe II : 
  • Cinq nouveaux ministres au gouvernement
  • Deux femmes nommées à des postes régaliens : Nicole Belloubet à la Justice et Florence Parly aux Armées
  • La parité est respectée : 15 hommes et 15 femmes composent le gouvernement (Édouard Philippe inclus)
21h03
Le 21 juin 2017
Merci à tous d'avoir suivis cette journée riche en rebondissements politiques, marquée par l'annonce du gouvernement Édouard Philippe II. 
20h34
Le 21 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] - Selon notre éditorialiste Anna Cabana, ce remaniement est "un gouvernement pour et par Emmanuel Macron", notamment en raison de la nomination de deux proches du président à des postes de secrétaires d'Etat, Julien Denormandie et Benjamin Griveaux. 
 

Remaniement : "un gouvernement pour et par Emmanuel Macron"

POLITIQUE - Deux très proches du président de la république font leur entrée dans le gouvernement : Julien Denormandie et Benjamin Griveaux.
20h48
Le 21 juin 2017
[LU SUR EUROPE 1] - Son visage et son nom sont pour l'instant largement méconnus. Nicole Belloubet, qui vient d'être nommée garde des Sceaux, est pourtant amenée à jouer un rôle majeur au sein du gouvernement. Europe 1 vous fait les présentations. 
 

Nicole Belloubet, une "Sage" à la Justice

POLITIQUE - Marquée à gauche, Nicole Belloubet est une juriste, docteure en droit et membre du Conseil constitutionnel depuis 2013. Elle a été nommée ministre de la Justice mercredi en...
20h37
Le 21 juin 2017
  
[LU SUR EUROPE 1] - Vous ne vous y retrouvez pas dans cette forêt de noms ? Pas de panique, on vous donne la liste complète du gouvernement Édouard Philippe II : 
 

Gouvernement Philippe II : voici la liste intégrale des ministres

POLITIQUE - Le nouveau gouvernement du Premier ministre Édouard Philippe a été dévoilé mercredi après-midi par le secrétaire général de l'Elysée. Il est composé de 29 membres.
20h23
Le 21 juin 2017
Édouard Philippe sur les inquiétudes liées au projet de loi antiterroriste du gouvernement, présenté jeudi au gouvernement : 
"Il faut les écouter. Le texte que le ministre de l'Intérieur va présenter est un équilibre entre la lutte contre le terrorisme et le respect des libertés. C'est un équilibre qui est difficile à tenir et qui est indispensable. Nous voulons garantir la sécurité des Français en respectant la Constitution et l'État de droit. Je crois que nous avons à peu près atteint le bon équilibre. La discussion parlementaire servira à ça". 
20h14
Le 21 juin 2017
Édouard Philippe affirme que le MoDem "reste un des piliers" de la majorité présidentielle. 
François Bayrou "a lui même indiqué que le MoDem restait un des piliers de cette majorité, ce qui est vrai. (...) L'ensemble des parlementaires du MoDem s'inscrit dans cette logique." 
20h13
Le 21 juin 2017
Édouard Philippe revient sur les départs de Richard Ferrand, François Bayrou, Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard, tous impliqués dans des affaires : 
"Les Français ont indiqué beaucoup plus fermement qu'ils ne souhaitaient pas être embarrassés par le soupçon. Ce qui m'a conduit à préciser la ligne du gouvernement, celle qui reste le seul principe que je vais m'appliquer : quand un ministre est mis en examen, il doit démissionner." 
20h10
Le 21 juin 2017
Édouard Philippe est l'invité du 20h de TF1.
Le Premier ministre se félicite que le nouveau gouvernement respecte "la parité". 
 
 
20h07
Le 21 juin 2017
Six secrétaires d'État entrent au gouvernement : 
Sébastien Lecornu et Brune Poirson : secrétaires d'Etat auprès du ministre d'Etat, ministre de la Transition écologique et Solidaire
Jean-Baptiste Lemoyne : secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères
Geneviève Darrieussecq : secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées
Julien Denormandie : secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des Territoires
Benjamin Griveaux : secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances
19h56
Le 21 juin 2017
Cinq nouveaux ministres entrent au gouvernement : 
Nicole Belloubet : garde des Sceaux, ministre de la Justice
Florence Parly : ministre des Armées 
Stéphane Travert : ministre de l'Agriculture
Jacqueline Gourault : ministre auprès du ministre de l'Intérieur 
Nathalie Loiseau : ministre auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargée des affaires européennes
 
19h35
Le 21 juin 2017
La sénatrice MoDem Jacqueline Gourault est nommée ministre auprès du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. 
19h27
Le 21 juin 2017
Sébastien Lecornu (LR), Brune Poirson (REM), Jean-Baptiste Lemoyne (LR), Julien Denormandie (ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée, proche de Macron) et Geneviève Darrieussecq (MoDem) ont par ailleurs été nommés secrétaires d'Etat. 
19h26
Le 21 juin 2017
Benjamin Griveaux, proche d'Emmanuel Macron, est nommé secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie Bruno Le Maire. 
19h24
Le 21 juin 2017
Stéphane Travert est nommé ministre de l'Agriculture. 
Le député de la Manche, passé du PS à REM, est âgé de 47 ans. 
19h23
Le 21 juin 2017
  
Nathalie Loiseau, directrice de l'ENA, est nommée ministre chargée des affaires européennes. 
Elle remplace à ce poste de ministre la vice-présidente du MoDem Marielle de Sarnez. 
19h23
Le 21 juin 2017
Jacques Mézard est nommé ministre de la Cohésion des territoires à la place de Richard Ferrand. 
Le sénateur radical de gauche occupait depuis un mois le poste de ministre de l'Agriculture. 
19h21
Le 21 juin 2017
Florence Parly est nommée ministre des Armées en remplacement de Sylvie Goulard. 
Cette haut-fonctionnaire, âgée de 54 ans, elle était directrice générale de SNCF Voyageurs. Elle a été secrétaire d'Etat socialiste au Budget du gouvernement Jospin entre 2000 et 2002. 
19h20
Le 21 juin 2017
Nicole Belloubet est nommée garde des Sceaux. Elle est troisième dans l'ordre protocolaire et remplace donc François Bayrou. Nicole Belloubet, âgée de 62 ans, est juriste et membre du Conseil constitutionnel. Elle a été élue locale PS. 
19h19
Le 21 juin 2017
Le secrétaire général de la présidence, Alexis Kohler, vient d'arriver dans les jardins de l'Élysée et va dévoiler la composition du gouvernement Édouard Philippe II. 
18h59
Le 21 juin 2017
La composition du gouvernement sera annoncée à 19h15, annonce l'Élysée.
18h57
Le 21 juin 2017
Image très étonnante : le couple présidentiel sort à l'instant dans la cour de l'Élysée, alors que l'annonce du remaniement se fait toujours attendre. 
 
 
18h41
Le 21 juin 2017
[PAUSE LAB'] - Pour patienter avant l'annonce du remaniement, désormais prévue à 19h (une heure de retard, donc...), nos camarades du Lab ont repéré cette petite "pique" d'un journaliste de Radio France à François Bayrou, lors de la conférence de presse de ce dernier en fin d'après-midi. Ambiance, ambiance... 
 

VIDÉO - Le headshot d'un journaliste de Radio France au "citoyen" Bayrou en pleine conférence de presse - Le Lab Europe 1

Le headshot d'un journaliste de Radio France au "citoyen" Bayrou en pleine conférence de presse.
18h31
Le 21 juin 2017
Il est 18h30, et toujours pas d'annonce. Patience, donc...
18h18
Le 21 juin 2017
Avec les départs de Richard Ferrand, Sylvie Goulard, François Bayrou et Marielle de Sarnez du gouvernement, le remaniement s'annonce bien plus large que prévu. Le point avec notre envoyé spécial à l'Élysée : 
18h04
Le 21 juin 2017
[INSOLITE] - L'annonce du nouveau gouvernement n'aura pas lieu, comme le veut la tradition, sur le perron de l'Elysée mais dans le parc du Palais. La raison ? Un orchestre de jeunes Colombiens se produit dans la cour d'honneur de l'Élysée à l'occasion de la Fête de la musique.
17h55
Le 21 juin 2017
L'annonce du remaniement, prévue à 18h, va être reportée de quelques minutes, probablement aux alentours de 18h30.
17h38
Le 21 juin 2017
François Bayrou a désormais terminé sa conférence de presse. Voici ce qu'il faut en retenir :
  • Le président du MoDem assure que son parti, qui fait l'objet d'une enquête, n'a "jamais eu d'emplois fictifs"
  • François Bayrou déclare avoir pris cette décision pour "ne pas exposer" le gouvernement
  • Le centriste affirme avoir proposé sa démission dès le début de l'enquête sur le MoDem, le 9 juin dernier
 
17h31
Le 21 juin 2017
François Bayrou estime "logique" que des personnalités du MoDem entrent au gouvernement. 
 

Europe 1 on Twitter

Twitter“EN DIRECT - #Bayrou à @MaxenceLbq : "Des ministres Modem dans le prochain gouvernement ? Ce serait logique" https://t.co/W3kEhd5OnS”
17h23
Le 21 juin 2017
François Bayrou affirme avoir proposé sa démission à Emmanuel Macron dès le début de l'enquête sur le MoDem, le 9 juin. 
"Je suis allé voir le président de la République pour lui proposer cette décision il y a quinze jours, peut-être trois semaines, le jour-même de l'ouverture de l'enquête préliminaire", assure-t-il. François Bayrou déclare également qu'il restera "aux côtés du Président de la République" et retrouvera ses fonctions de maire de Pau. 
 

Europe 1 on Twitter

Twitter“EN DIRECT - #Bayrou a proposé cette décision le jour de l'ouverture de l'enquête préliminaire, le 9 juin dernier https://t.co/SuH5FCpt5N”
17h16
Le 21 juin 2017
François Bayrou : "Je choisis de ne pas exposer" le gouvernement
"Je n'accepte pas de vivre sans liberté de parole. Je n'accepte pas d'être condamné au silence. J'en ai donc tiré les conclusions. Je choisis la liberté de parole et de préserver la loi de moralisation, je choisis de ne pas mettre en danger et d'exposer le gouvernement. Nous ne pouvons pas vivre dans un climat de dénonciation. La dénonciation est désormais système avec les réseaux sociaux, la presse."
 
 
17h16
Le 21 juin 2017
"La seule personne en France qui ne puisse pas se défendre contre ces dénonciations, était le ministre de la Justice. Le seul qui devait se taire devant l'injustice. Dans une vie publique d'une violence perpétuellement croissante, cela revient à boxer les deux mains attachées dans le dos. Toute remarque est immédiatement regardée comme une pression", déclare François Bayrou, en référence à la polémique liée à son coup de téléphone à un dirigeant de Radio France pour se plaindre d'une enquête journalistique sur le MoDem.
17h14
Le 21 juin 2017
"Je n'ai aucun doute que j'étais la cible de ces dénonciations, dans le but de décrédibiliser la loi que je portais. Il y en a pour qui la loi serait un obstacle. Dans une situation normale, il aurait été facile de me défendre et de défendre mes amis dont je connais la parfaite probité. Nous avions tous les arguments pour développer notre défense."
17h13
Le 21 juin 2017
François Bayrou : "Nous n'avons jamais eu d'emplois fictifs au MoDem"
"Le ministère de la Justice dont j'avais la charge était passionnant. J'ai porté une loi à laquelle je tenais beaucoup et dont le but était de moraliser la vie publique et restaurer la confiance de nos concitoyens. Mais dans le même temps, et j'imagine que c'est par hasard, une campagne s'est développée à base de dénonciations anonymes. Nous n'avons jamais eu d'emplois fictifs au MoDem".
17h11
Le 21 juin 2017
François Bayrou est arrivé et va s'exprimer depuis le siège du MoDem. 
16h57
Le 21 juin 2017
[LU SUR EUROPE 1]- François Bayrou, qui a démissionné ce matin, va s'exprimer à 17h. Avant sa prise de parole, Europe 1 se demande ce que pèsera politiquement le désormais ex-ministre de la Justice. 
 

Parti du gouvernement, que va désormais peser l'éphémère garde des Sceaux François Bayrou ?

POLITIQUE - François Bayrou ne figurera pas dans le nouveau gouvernement, dévoilé mercredi. Un départ précipité pour le président du MoDem, qui retrouve une certaine forme de liberté.
16h36
Le 21 juin 2017
À moins d'une heure et demie de l'annonce du nouveau gouvernement, la cour de l'Élysée s'est mise au tempo de la fête de la musique. Et les choix musicaux sont plutôt audacieux, comme le rapporte notre journaliste sur place, William Galibert.
16h34
Le 21 juin 2017
Un mois après leur entrée en fonction, Emmanuel Macron et Édouard Philippe voient leur popularité baisser légèrement, selon un sondage BVA. Le chef de l'État recueille 59% de bonnes opinions, en baisse de trois points sur un mois. Le Premier ministre, lui, a 57% de bonnes opinions, en baisse de deux points.
 
Un mouvement à la baisse "classique", selon l'institut BVA. "Il intervient de manière relativement précoce mais demeure pour le moment contenu."
15h45
Le 21 juin 2017
Le service après-vente du remaniement est déjà assuré. Édouard Philippe a annoncé sur Twitter qu'il serait invité ce soir du journal de 20 heures de TF1. Bonne nouvelle pour des rédactions désormais habituées aux retards de l'exécutif : l'annonce du nouveau gouvernement aura forcément lieu avant.
15h32
Le 21 juin 2017
[Pendant ce temps à l'Assemblée...] Communistes et Insoumis ne feront pas un groupe parlementaire commun. André Chassaigne, ancien président du groupe Gauche démocrate et républicaine, Front de Gauche (GDR) sous la précédente législature, l'a annoncé cet après-midi. 
 
La France Insoumise, qui a fait élire 17 députés, n'a pas besoin des communistes pour former son groupe. Les communistes, de leur côté, comptent s'allier à élus d'Outre-mer pour atteindre le seuil minimal de 15 personnes.

Les députés communistes auront leur propre groupe, distinct de celui de la France insoumise - Le Lab Europe 1

Les députés communistes auront leur propre groupe, distinct de celui de la France insoumise
14h49
Le 21 juin 2017
Un peu plus de trois heures avant la fin du suspens… Les noms des membres du nouveau gouvernement seront connus à 18 heures. Avec une entorse à la tradition républicaine : l'annonce ne se fera probablement pas sur le perron de l'Elysée, comme de coutume sous la Ve République, puisque la cour du Palais accueille, à partir de 16h30, un concert ouvert au public pour la Fête de la Musique.
 
14h36
Le 21 juin 2017
Les deux ministres sur le départ se sont rendus au Palais Bourbon pour accueillir les nouveaux élus du MoDem.
 
14h30
Le 21 juin 2017
Interrogé par des journalistes alors qu'il se rendait à pied, en compagnie de Marielle de Sarnez, à l'Assemblée nationale, François Bayrou a glissé : "Ce n'est pas une démission, c'est simplement que je ne serai pas membre du prochain gouvernement."
 
Le garde des Sceaux a rappelé qu'il donnerait plus de détails lors d'une conférence de presse à 17 heures.
 
 
 
14h19
Le 21 juin 2017
Muriel Pénicaud également menacée ? Les ministres démissionnaires étaient tous cités dans des affaires, celle des assistants des élus MoDem au Parlement européen pour François Bayrou, Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard, et un montage immobilier aux Mutuelles de Bretagne dans le cas de Richard Ferrand. Désormais, une partie de l'opposition retourne la pression de l'exemplarité vers Muriel Pénicaud, la ministre du Travail.
 
Mardi, les policiers de l’office anticorruption ont perquisitionné les locaux de l’entreprise Havas, dans l’enquête pour favoritisme concernant la nuit de la French Tech de Las Vegas en janvier 2016, à laquelle a participé Emmanuel Macron. L'organisation de ce voyage aurait été confiée pour 400.000 euros, sans appel d'offres, à Havas par Buisness France, organisme de promotion des entreprises françaises à l’étranger, rattaché à Bercy et dirigé à l'époque par Muriel Pénicaud.
 
"À mon avis, elle ne pourra pas rester puisqu'elle est elle-même citée dans l'affaire des appels d'offre de Havas", a lâché Florian Philippot, vice-président du FN sur franceinfo. De son côté, le député LR Eric Ciotti, interrogé sur France 2, a chiffré à "cinq" le nombre de ministres "mêlés à des affaires".
 
Invité d'Europe 1 mercredi, Christophe Castaner a voulu désamorcer la polémique : "Business France a passé un marché, une commande, il y a eu une irrégularité. Muriel Pénicaud, qui était directrice générale, a provoqué immédiatement un audit, puis une inspection générale, puis l'inspection générale a validé un accord, et c'est elle qui a donné cette information, donc je ne suis pas inquiet sur les conséquences de cette information".
13h52
Le 21 juin 2017
Selon un tweet de Caroline Vigneux, journaliste à L'Opinion, l'ensemble des députés UDI ont choisi de siéger dans le groupe des "constructifs".
 
13h29
Le 21 juin 2017
Et pendant ce temps là à l'Assemblée nationale... Christian Jacob, réélu dimanche dans la 4e circonscription de Seine-et-Marne, conserve son siège de président du groupe LR à une large majorité, par 62 voix contre 32 à l'autre candidat, Damien Abad.
13h13
Le 21 juin 2017
[PAUSE LAB'] Le nouveau député En Marche! de la 3e circonscription de Moselle, Richard Lioger, a tenté de minimiser l'affaire des assistants parlementaire qui handicape le MoDem et complique le remaniement gouvernemental... en usant d'une comparaison historique pour le moins disproportionnée :
 
13h03
Le 21 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] Christophe Castaner souhaiterait pouvoir conserver son portefeuille. "Je n'ai eu aucune assurance, ni échange avec le président. J'ai le sentiment de bien faire mon boulot et j'aimerais bien rester", a déclaré mercredi au micro d'Europe 1 le porte-parole du gouvernement et ministre chargé des Relations avec le Parlement.
11h52
Le 21 juin 2017
Thierry Solère annonce la création d'un groupe parlementaire de "constructifs", distinctif de celui des Républicains, réunissant les députés de droite et du centre-droit qui se disent prêts à soutenir une partie de l'action gouvernementale à l'Assemblée nationale. Ce groupe sera baptisée "Les Républicains constructifs-UDI-Indépendants", et réunit pour l'heure "une vingtaine de Républicains", a précisé le député lors d'une conférence de presse peu avant midi. "Nous espérons mardi prochain [date de constitution des groupes, ndlr] être une force nouvelle au Parlement", a-t-il encore déclaré.
 
"Cette force parlementaire peut devenir la troisième force parlementaire de l'Assemblée nationale", a assuré de son côté Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI.
 
11h42
Le 21 juin 2017
Un exécutif prêt à accueillir d'autres élus de droite. Le remaniement pourrait-il conduire à un nouvel élargissement vers la droite ? Mardi soir, Emmanuel Macron et Jean-Pierre Raffarin ont évoqué le sujet lors d'une rencontre, selon une information d'Europe 1. L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac s'est fait le chantre des députés LR "constructifs", sur le point de constituer leur propre groupe parlementaire, et qui se disent prêts à voter certains textes présentés par le gouvernement. "Une chose est sûre, il faut veiller à l'équilibre politique qui fait que nous sommes une force qui s'appuie sur des femmes et des hommes de droite, des femmes et des hommes de gauche, des femmes et des hommes qui n'étaient pas en politique et qui sont aujourd'hui le cœur de la majorité présidentielle", a souligné Christophe Castaner, toujours au micro d'Europe 1. "Dans un souci d'équilibre, si vous faite entrer quelqu'un de gauche, il faut faire entrer quelqu'un de droite. Par contre, je ne peux pas vous le commenter ou vous donner de noms, je ne suis pas au cœur de cette réflexion".
11h32
Le 21 juin 2017
Pour Marine Le Pen, Emmanuel Macron "jette" François Bayrou "comme un vieux torchon". La présidente du FN, fraîchement élue députée du Pas-de-Calais a estimé à son arrivée à l'Assemblée ce matin que le président de la République s'était "servi" du fondateur du MoDem pendant sa campagne. 
 
"Je pense que Monsieur Macron s'est servi de Monsieur Bayrou pendant la campagne présidentielle et, maintenant qu'il a une majorité sans le MoDem, il le jette comme un vieux torchon. C'est très révélateur de l'esprit du président de la République", a-t-elle lâché.
11h28
Le 21 juin 2017
Edouard Philippe "prend acte de la décision de François Bayrou" de démissionner de son poste de ministre de la Justice et la "respecte", a affirmé son entourage auprès de l'AFP.
11h13
Le 21 juin 2017
Richard Ferrand, exfiltré ? Richard Ferrand est le premier poids lourd du gouvernement dont le départ a été annoncé, dès le lendemain du second tour des législatives. Mais l'intéressé l'assure, il ne s'agit pas d'une sanction, plutôt d'un "grand honneur". Sa place au gouvernement a été mise à mal quelques jours après sa nomination par des révélations sur ses activités au sein des Mutuelles de Bretagne. Selon la règle édictée par Emmanuel Macron, son sort était soumis au choix des électeurs. Réélu dimanche dans la 6e circonscription du Finistère, le ministre perd pourtant sa place, envoyé à la demande du président au Palais Bourbon pour briguer la présidence du groupe En marche!
 
"Je n'ai pas dû quitter le gouvernement", a-t-il expliqué mardi matin au micro d'Europe 1. "C'est le président de la République, en confiance, qui a jugé que ce serait une bonne chose si j'acceptais de prendre cette responsabilité", a-t-il voulu préciser, assurant qu'il s'agissait d'une démarche mûrie de longue date. "C'est quelque chose que nous avons évoqué il y a fort longtemps, avec différentes hypothèses de travail". Une manière néanmoins pour le chef de l'Etat d'anticiper une nouvelle polémique si son ministre venait à être inquiété par la justice.
 
11h12
Le 21 juin 2017
Pourquoi le départ de Sylvie Goulard a-t-il fragilisé la position de François Bayrou et de Marielle de Sarnez ? La nouvelle est tombée par communiqué de presse mardi, en fin de matinée. "J’ai demandé au président de la République, en accord avec le Premier ministre, de ne plus faire partie du gouvernement". Citée dans l'enquête préliminaire sur les assistants des élus MoDem au Parlement européen, Sylvie Goulard, ministre des Armées, veut avoir les coudées franches pour assurer sa défense et ne pas pénaliser l'exécutif si la justice venait à lui demander de s'expliquer. "Dans l’hypothèse où l’enquête préliminaire visant le MoDem conduirait à vérifier les conditions d’emploi de mes assistants au Parlement européen, je souhaite être en mesure de démontrer librement ma bonne foi et tout le travail que j’y ai accompli", a fait valoir l'ex-eurodéputée.
 
Le départ de Sylvie Goulard a créé un précédent mettant à mal à la fois la position de François Bayrou, garde des Sceaux, et de Marielle de Sarnez, ministre chargée des Affaires européennes. En effet, le fondateur du MoDem et sa vice-présidente pourraient tomber sous le coup de la justice dans la même affaire qui pousse la ministre des Armées a quitter l'exécutif.
 
Le cas de François Bayrou était devenu de plus en plus épineux, dans la mesure où le ministre de la Justice était chargé de conduire la première grande réforme du quinquennat, sur la moralisation de la vie publique. Il n'avait pourtant pas échappé à un recadrage en règle de la part d’Édouard Philippe, la semaine dernière, après s'être plaint auprès de Radio France d'une enquête journalistique conduite sur son parti. "Le truc est assez simple, quand on est ministre on ne peut réagir comme quand on est un simple citoyen", avait rappelé le chef du gouvernement sur le plateau de franceinfo. "Chaque fois qu'il y aura quelque chose à dire à des Français, à des responsables, qu'ils soient politiques, qu'ils soient journalistiques, qu'ils soient médiatiques, chaque fois qu'il y aura quelque chose à dire, je le dirai", lui avait répondu dans la foulée l’intéressé en marge d'un déplacement à Lens.
10h58
Le 21 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] Alors que le départ de François Bayrou et de Marielle de Sarnez signe aussi celui des deux seuls ministres issus du MoDem, Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, a précisé sur Europe 1 que cela ne remettait pas en cause le partenariat entre Le République en marche! et le MoDem. "Le MoDem a toute sa place dans la majorité présidentielle", a-t-il assuré.
10h53
Le 21 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] C'était devenu une épine dans le pied du gouvernement. Le porte-parole du gouvernement et ministre chargé des Relations avec le Parlement, Christophe Castaner, a reconnu que le départ de François Bayrou "simplifie les choses", assurant qu'il s'agit d'une décision personnelle. "Je ne vois pas comment, aujourd'hui, Marielle de Sarnez ne pourrait pas être solidaire de François Bayrou. Son départ serait logique si elle était dans le même esprit", a-t-il également indiqué.
 
10h37
Le 21 juin 2017
Marielle de Sarnez quitte à son tour le gouvernement. Le départ de Marielle de Sarnez, ministre chargée des Affaires européennes dans le gouvernement sortant, a été annoncé mercredi matin par l'AFP, citant le MoDem, dans la foulée de celui de François Bayrou.
 
La vice-présidente du MoDem n'avait pas exclu mardi, auprès du Parisien; de quitter son portefeuille ministériel pour prendre la présidence du groupe MoDem à l'Assemblée nationale. Une enquête préliminaire, la visant directement, ainsi que 18 autres eurodéputés français, toujours dans la même affaire des assistants au Parlement européen, a été ouverte fin mars.
10h34
Le 21 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] Corinne Lepage, ancienne ministre de l'Environnement, a salué en direct le départ de François Bayrou sur l'antenne d'Europe 1. "Je trouve que c'est une réaction tout à fait digne", a-t-elle déclarée.
 
"C'est tout à son honneur de faire cela. Il le fait parce qu'il pense que c'est bien pour les thèses qu'il défend, que c'est bien pour le président de la République qu'il a contribué à élire. C'est une attitude éthique, il n'était pas obligé de le faire juridiquement"
 
Mardi, cette ancienne eurodéputée (2009-2014), élue sous l'étiquette MoDem, a été entendue par la justice dans l'affaire des assistants parlementaires. Elle avait déclenché une première polémique à ce sujet via un livre publié en 2014, Les Mains propres, ou elle pointait les pratiques du MoDem quant à l'emploi d'assistants parlementaires.
 
10h31
Le 21 juin 2017
François Bayrou annonce son départ.Le garde des Sceaux et président du MoDem François Bayrou, cité par une enquête préliminaire sur les assistants parlementaires de son parti au Parlement européen, renonce à faire partie du prochain gouvernement. Il a annoncé mercredi matin à l'Agence France Presse son départ, indiquant qu'il s'en expliquerait dans une conférence de presse à 17 heures.
 
Mardi, la ministre des Armées, Sylvie Goulard, elle aussi issue du MoDem, avait annoncé son intention de quitter le gouvernement afin de démontrer sa "bonne foi" si elle venait à être entendue par la justice, toujours dans l'affaire des parlementaires du MoDem. Un départ qui n'a pas manqué de mettre à mal la place de l'ancien maire de Pau au sein de l’exécutif.
10h20
Le 21 juin 2017

Le Premier ministre a annoncé lundi "un remaniement technique", une démarche habituelle suite à des élections législatives. Après avoir posé sa démission, comme le veut l'usage républicain, Édouard Philippe a été immédiatement reconduit à Matignon et chargé de mettre en place un nouveau gouvernement.

Mais avec le départ mercredi de François Bayrou, le garde des Sceaux, et de Marielle de Sarnez, faisant suite à ceux de Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des Territoires, envoyé par le président de la République à l'Assemblée nationale pour encadrer les nouveaux députés de la majorité, et l'annonce surprise de Sylvie Goulard, qui demande à ne pas être reconduite au ministère des Armées, la réorganisation s'annonce plus large que prévue.

Le chef du gouvernement a jusqu'à mercredi, 18 heures, pour mettre en place la nouvelle équipe.

10h16
Le 21 juin 2017

Bonjour a tous et bienvenue dans notre live sur le remaniement gouvernemental.

La rédaction d'Europe1.fr se mobilise pour vous faire vivre en direct, toute la journée, les changements ministériels annoncés par l'exécutif après les législatives.

LIVE

Après les démissions de Sylvie Goulard, François Bayrou et Marielle de Sarnez, l'annonce du gouvernement Édouard Philippe II était très attendue. Cinq nouveaux ministres font leur entrée, dont deux femmes à des postes régaliens. La juriste et membre du Conseil constitutionnel Nicole Belloubet a ainsi été nommée à la Justice, où elle succède à François Bayrou, et Florence Parly aux Armées pour succéder à Sylvie Goulard. La parité a été strictement respectée avec 15 hommes et 15 femmes (Édouard Philippe inclus). 


A noter, enfin, que le MoDem reste au gouvernement puisque la sénatrice Jacqueline Gourault a été nommée ministre auprès du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb et la maire de Mont-de-Marsan Geneviève Darrieussecq a été nommée secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées Florence Parly.