Régionales Nord-Pas-de-Calais : à Matignon, on évoque une fusion des listes

  • A
  • A
Régionales Nord-Pas-de-Calais : à Matignon, on évoque une fusion des listes
A Matignon, on évoque une fusion des listes au deuxième tour pour faire face à Marine Le Pen, donnée favorite en Nord-Pas-de-Calais.@ ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Partagez sur :

Dans l’entourage du Premier ministre, on évoque une fusion, au deuxième tour des élections régionales, des listes Les Républicains/PS pour faire barrage à Marine Le Pen. 

INFO EUROPE 1

"Il faut tout faire pour empêcher le Front National", répétait Manuel Valls, dimanche, lors du Grand rendez-vous sur Europe 1, en partenariat avec Le Monde et i-Télé. On pensait alors que le Premier ministre faisait référence au front républicain, à savoir le désistement d'un candidat de gauche ou de droite pour rassembler un maximum de voix et faire barrage au FN au second tour. 

La possibilité d’une fusion des listes. En réalité, pour faire barrage au FN, on évoque à Matignon la possibilité de fusionner les listes Les Républicains/PS au soir du premier tour des élections régionales, en particulier dans la grande région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, où Marine Le Pen est donnée favorite

Dans l'hypothèse où Marine Le Pen arriverait très largement en tête au premier tour, le report incertain des voix de gauche sur Xavier Bertrand, la tête de liste Les Républicains dans la région, ou inversement le report tout aussi incertain des voix de droite sur Pierre de Saintignon, le candidat PS, ne constitueraient pas une digue suffisante face au Front National. 

Pour Matignon, un barrage efficace. Par conséquent, une fusion des listes, une grande coalition pour faire barrage à Marine Le Pen, pourrait être la solution la plus efficace. En tous cas, "il ne faut pas se l'interdire", estime l’entourage du Premier ministre.

Bertrand rejette cette hypothèse. Reste que, du côté de Xavier Bertrand, on oppose un refus absolu à cette idée de fusion des listes au second tour. "Même liste, même projet, au premier et au second tour", telle est la ligne de Xavier Bertrand. 

Du côté de l’Elysée, une fusion impensable. Pour l’Elysée, cette fusion des listes n’aurait pas de sens. C’est "inenvisageable", "hors de question", a lancé à Europe 1 un collaborateur du président de la République. François Hollande y est totalement opposé : une telle coalition reviendrait à alimenter l'UMPS. Mais cette critique, Matignon l’a déjà intégrée dans son raisonnement. Pour l’entourage du Premier ministre, il n’est pas question de se laisser enfermer dans cette logique, car on estime, qu’à un moment, il faut assumer face au FN.