Régionales : Marion et Jean-Marie Le Pen, l’accord gagnant-gagnant

  • A
  • A
Régionales : Marion et Jean-Marie Le Pen, l’accord gagnant-gagnant
Partagez sur :

Le président d’honneur du FN a convaincu ses amis de ne pas se présenter en dissidence en Paca

Révélée jeudi par Europe 1, le rendez-vous secret entre Marion Maréchal-Le Pen et son grand-père a porté ses fruits. Vendredi, Jean-Marie Le Pen a en effet annoncé qu’il demandait à ses soutiens - qui laissaient planer la menace d’une liste dissidente - de se "rallier" à la liste de sa petite-fille en Paca pour les régionales.

"Mes courageux amis…" Le président d’honneur a pris la parole lors de la dernière séance plénière du conseil régional de Paca, vendredi : "L'élection régionale de décembre peut et doit donner le signal d'alerte en donnant la majorité à la liste de Marion Maréchal-Le Pen, qui saura réunir derrière elle tous les patriotes et en particulier mes courageux amis, auxquels je demande de se rallier dans l'intérêt supérieur de la région Paca et de la France", a déclaré "le Menhir", qui devait ensuite déjeuner avec sa petite-fille.

aaaaaaaaaaaaaaaa

Un déjeuner pour parler. Pour Marion Maréchal-Le Pen, cela ressemble à un dénouement heureux, tant elle craignait le pouvoir de nuisance de son grand-père dans la région, où il compte toujours de nombreux soutiens. Raison pour laquelle elle a pris elle-même l’initiative d’organiser un déjeuner, il y a quelques semaines, avec  l’ensemble des élus FN, dont une partie sont des lepénistes historiques.

La menace de la Ligue du Nord. Ces derniers la menaçaient de rejoindre la liste de Jacques Bompard, le président de la Ligue du Nord, petite formation d’extrême-droite. Et une liste qui obtient 2 ou 3% aux régionales, c’est autant de voix qui pourraient manquer à la jeune députée du Vaucluse au moment du dépouillement. L’enjeu était donc fort.

Marine Le Pen donne son feu vert. Si  Jean-Marie Le Pen a convaincu sa petite-fille, c’est qu’il a reçu des garanties. Lors de leur tête-à-tête secret, il lui a demandé de laisser quelques places à ses amis sur sa liste, dans un savant mélange entre renouvellement et expérience. "Il est évident que si Marion ne postule pas pour ce rassemblement, eh bien elle pourra dire adieu à la région et saluer la victoire d'Estrosi", a d’ores et déjà prévenu Laurent Comas, le conseiller régional suspendu du FN, l'un des élus fidèles de Jean-Marie Le Pen.

Reste une question : Marine Le Pen va-t-elle laisser sa nièce constituer seule sa liste ? Son entourage, contacté par Europe 1, assure que oui.