Réforme territoriale : la révolution des logements sociaux ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Le gouvernement veut faire de cette mesure un marqueur du quinquennat.

L'INFO. Le gouvernement est bien décidé à donner plus de pouvoirs aux collectivités locales grâce à la réforme territoriale, qui va faire passer le nombre de régions de 22 à 13. Un coup d'accélérateur qui a pour objectif de bien montrer que la réforme doit être la marque de fabrique du gouvernement.

>> LIRE AUSSI - L'Alsace défile "encore" contre la réforme territoriale

Plus de souplesse pour Pôle emploi… Premier axe de travail : l'emploi, une des priorités de l'exécutif. L'idée est de lancer un mouvement de déconcentration de pôle emploi avec la mise en place d'un système d'actions territorialisées. Dit autrement : les présidents et préfets de régions exerceront une double tutelle sur le Pole emploi, ce qui leur permettra de jouer directement sur la formation ou l'insertion.

… et pour les établissements scolaires. Autre domaine qui devrait bénéficier de la réforme, l'éducation. Afin d'offrir davantage de souplesses aux établissements scolaires, ces derniers pourront développer des expérimentations pédagogiques sans l'accord du ministère de la rue de Grenelle. Ce seront désormais les académies ou les rectorats qui devront donner leur aval.

 >> LIRE AUSSI : Noms des régions, bienvenue en "Bordélie"

Les amendements sont déjà prêts. Autre sujet, brûlant lui aussi : le logement, une des questions qui préoccupe le plus les Français. Et c'est un vrai casse-tête pour le gouvernement. Comment inciter les communes à construire plus de logements sociaux ? A cette question, l'exécutif pense avoir trouvé une réponse en leur octroyant la possibilité d'attribuer elles-mêmes 50% de ces logements, contre 20% aujourd'hui.

Sur ces trois sujets, le gouvernement a dépassé le stade de la simple réflexion, puisque les mesures sont d'ores et déjà prêtes. Elles seront présentées sous forme d'amendements à la loi NOTR (Nouvelle Organisation territoriale de la République) présentée par Thierry Mandon, le secrétaire d'Etat chargé de la réforme de l'Etat...avec la bénédiction de Manuel Valls...