Qui sont les candidats déclarés à la présidence du PS ?

  • A
  • A
Qui sont les candidats déclarés à la présidence du PS ?
Le 29 mars prochain, les militants socialistes choisiront leur nouveau premier secrétaire.@ PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :

Les candidats à la tête du Parti socialiste ont jusqu’au 27 janvier pour se déclarer. Europe 1 passe en revue les postulants officiels.

Ils briguent un trône sans royaume. Le 29 mars prochain, les militants socialistes départageront les candidats au poste de premier secrétaire, avant un congrès de refondation qui se tiendra les 7 et 8 avril. Pour celui qui prendra la tête du PS, confié à une direction collégiale depuis le départ de Jean-Christophe Cambadélis, le chantier est énorme : redresser une maison en ruines, laminée par les déchirements du quinquennat de François Hollande et la déferlante macroniste. Tour d’horizon des candidats officiellement déclarés et de leurs ambitions pour le PS :

Luc Carvounas, l'ex-vallsiste

Identité. Luc Carvounas, 46 ans, est né le 8 juin 1971 à Charenton-le-Pont dans le Val-de-Marne. Ses origines grecques, de par sa mère – il a la double nationalité -, lui font un point commun avec Jean-Christophe Cambadélis, dont il brigue la succession à la tête du Parti socialiste. En juillet 2015, il est devenu le premier parlementaire français à se marier avec un conjoint du même sexe.

Sa fonction. Luc Carvounas est député de la 9ème circonscription du Val-de-Marne depuis juin 2017. Il est également membre de la direction collégiale du PS mise en place après le départ de Jean-Christophe Cambadélis.

Parcours. Comme nombre de cadres quadragénaires du parti, Luc Carvounas est arrivé au PS par le militantisme, au début des années 1990. Il réalise son implantation locale à Alfortville, dont il est élu adjoint au maire en 2001. Le conseil municipal le place à la tête de la mairie en 2012, après la démission de René Rouquet. Il est réélu à ce poste lors des municipales de 2014, à une large majorité (58,2% des suffrages), avant d’en démissionner en septembre 2017, après son entré à l’Assemblée nationale, dans le cadre de la loi sur le non cumul des mandats. Dans la foulée, un rapport de la Chambre régionale des comptes épingle des "anomalies" dans sa gestion de la municipalité. Luc Carvounas a également siégé au Palais du Luxembourg, comme sénateur du Val-de-Marne, de 2011 à 2017.

Sa ligne politique. Proche de Manuel Valls, dont il est le directeur de campagne pendant la primaire socialiste de 2011, Luc Carvounas prend ses distances avec l’ex-Premier ministre lorsque les cadres socialistes se divisent à l’issue de la victoire de Benoît Hamon à la primaire de 2017. "Nous sommes dans une divergence profonde, je suis attaché au PS et à l'union de la gauche et lui a une autre vision stratégique", a-t-il déclaré sur Public Sénat. Bien qu’ayant voté la confiance au gouvernement d’Edouard Philippe, il est aujourd’hui l’une des principales voix de l’opposition de gauche à la ligne gouvernementale.

Sa candidature. "Je souhaite être candidat pour emmener avec moi, rassembler une équipe de femmes et d'hommes, de visages nouveaux, proposer un projet clair aux militants, aux Français et faire en sorte que ce congrès qui nous attend, le congrès du mois de mars, soit le congrès du commencement", a annoncé Luc Carvounas le 30 novembre sur France 2. Il est alors le premier candidat à se déclarer. "Ma ligne c'est 'rose, rouge, vert'", a-t-il précisé sur RTL, une allusion à sa volonté d’envoyer des signaux aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon, tout en réconciliant socialistes et écologistes. Bref, une position centrale et rassembleuse au sein d’un PS qui cherche son centre de gravité.


Emmanuel Maurel, nouveau leader de l'aile gauche

Identité. Âgé de 44 ans, Emmanuel Maurel est né le 10 mai 1973 à Epinay-sur-Seine, là même où deux ans plus tôt les socialistes actaient leur réunification lors d'un congrès historique.

Sa fonction. Il est député européen depuis juillet 2014. Emmanuel Maurel a également intégré la direction collégiale du parti à l’été 2017.

Son parcours. Passé par Science Po, Emmanuel Morel a été attaché parlementaire de Jean-Luc Mélenchon au milieu des années 1990, avant d’être élu conseiller régional de l’Île-de-France en 2004. Chargé par Jean-Paul Huchon de la vice-présidence des Affaires internationales et européennes, il travaille sa stature européenne, avant d’être élu au Parlement européen en 2014. Sa candidature dans la circonscription Ouest, alors qu’il a fait carrière dans l'Île-de-France, avait alors été dénoncée comme un parachutage. En 2012, Emmanuel Maurel avait déjà tenté de briguer le premier secrétariat du PS, ne recueillant que 28% des voix face à Harlem Désir.

Sa ligne politique. Membre de la fronde socialiste contre la politique de François Hollande, soutien de Marie-Noëlle Lienemann puis d’Arnaud Montebourg lors de la primaire de 2017, Emmanuel Maurel est l’un des principaux représentants de l’aile gauche du PS.

Sa candidature. "Évidemment que je serai candidat à la tête du PS", a déclaré Emmanuel Maurel au Point début janvier, alors même que Najat Vallaud-Belkacem annonçait ne pas vouloir briguer ce poste. Et d’affirmer également à l’hebdomadaire, sans surprise, sa volonté de déplacer le centre de gravité du PS vers la gauche : "Ce que je veux, c'est que le PS redevienne de gauche. Les gens parlent de l'aile gauche comme si nous étions condamnés à la marginalité. S'ils comptent sur moi pour faire le gentil garçon de l'aile gauche, qui est là pour témoigner mais jamais pour diriger, ils seront déçus parce que ce n'est pas du tout mon projet."

Stéphane Le Foll, gardien de la Hollandie

Identité. Originaire du Mans, Stéphane Le Foll est âgé de 57 ans. En parallèle de son parcours politique, il a conduit une carrière de professeur en économie jusqu’à la fin des années 1999.

Sa fonction. Stéphane Le Foll a été réélu député de la 4ème circonscription de la Sarthe en juin 2017. Il est l’un des rares élus socialistes déjà en poste à avoir résisté à la vague En Marche ! qui a balayé l’hémicycle après l’élection d’Emmanuel Macron. Néanmoins, le parti présidentiel ne lui avait opposé aucun candidat.

Son parcours. Élu député européen en 2004, Stéphane Le Foll remporte la députation dans la Sarthe en 2012, après s’être incliné deux fois face à François Fillon. Proche de François Hollande, qu’il a rencontré au milieu des années 1990, il occupe différents postes dans les instances du PS, avant de conduire la campagne du candidat socialiste pour la présidentielle de 2012. Après la victoire de François Hollande, il est nommé ministre de l’Agriculture puis porte-parole du gouvernement. Sa rugosité et sa fidélité à toute épreuve au chef de l’Etat en font l’une des personnalités les plus marquantes du quinquennat. En lançant début 2016 le mouvement "Hé oh la gauche" pour resolidariser les socialistes autour de l’action du président de la République, il pousse implicitement François Hollande à briguer un second mandat. Suite au renoncement de ce dernier, il soutient Manuel Valls pendant la primaire de 2017.

Sa ligne politique. Sa proximité avec François Hollande en fait l’une des figures modérées du PS, mais ses déclarations au Maine Libre, où il se définit comme "internationaliste et donc européen", le rapproche aussi d’Emmanuel Macron. L’intéressé, pourtant, réfute dans la même interview le qualificatif de "Macron-compatible" et martèle son opposition à la politique économique du gouvernement.

Sa candidature. De petites phrases en petites phrases, l’ancien ministre a laissé planer un vrai-faux suspense pendant plusieurs mois avant finalement de se déclarer dans les colonnes du Maine Libre, le 8 janvier : "J'ai donc décidé de relever le défi, ou plutôt les défis qui sont face à nous, en présentant un projet devant les militants". Le député veut aussi rassembler les écologistes "de gouvernement", et invite la gauche à se saisir des grands sujets internationaux, de quoi préparer le terrain pour la prochaine échéance électorale : les européennes de 2019.


Olivier Faure, l’opposant modéré

Identité. Né à La Tronche en Isère, le 18 août 1968, Olivier Faure a 49 ans. Il a des origines vietnamiennes et a passé une partie de son enfance sur l’île de la Réunion.

Fonction. Député de Seine-et-Marne depuis 2012, Olivier Faure est également le président du groupe Nouvelle Gauche à l’Assemblée nationale. Il est membre de la direction collégiale du PS.

Parcours. Membre du parti socialiste depuis l’adolescence, Olivier Faure a succédé à Manuel Valls comme secrétaire général des jeunes rocardiens au début des années 1990. Il a fait partie du cabinet de Martine Aubry au ministère de l’Emploi, puis de celui de François Hollande lorsque celui-ci était Premier secrétaire du PS. En 2012, il intègre brièvement le cabinet de Jean-Marc Ayrault à Matignon, avant de quitter ce poste suite à son élection comme député de la Seine-et-Marne. La nomination de Bruno Le Roux au ministère de l’Intérieur, fin 2016, fait de lui le nouveau patron des députés socialistes, poste qu’il conserve à l’issue de sa réélection à l’Assemblée nationale en juin 2017.

Sa ligne politique. Associé au quinquennat de François Hollande dont il fut l’un des proches, il a tenté, en vain, de réconcilier une majorité fracturée par la loi El Khomri. "Je ne crois pas aux gauches irréconciliables", avait-il écrit pendant les débats dans un communiqué à l’adresse de ses collègues députés. À l’issue des dernières législatives, Olivier Faure est devenu l’un des leaders d’une opposition socialiste réduite à peau de chagrin, une opposition qu’il veut "intelligente" : "C’est parce que je sais dire ‘oui’ que mon ‘non’ a du poids", plaide-t-il dans Libération.

Sa candidature. Il a d’abord dévoilé ses intentions aux militants socialistes réunis à Solférino, avant d’officialiser sa candidature, quelques heures plus tard, le 10 janvier, dans une interview au Monde. "J’ai envie de conduire la renaissance des socialistes. Je suis candidat pour être le premier responsable du PS", lance-t-il. L'élu veut croire que le socialisme a encore une place à occuper, entre le "libéralisme jupitérien" du président de la République, le "populisme protestataire" de la France insoumise et le "nationalisme identitaire" du Front national.

Delphine Batho, "l'insoumise" du PS

Identité. Delphine Batho est née le 23 mars 1973 à Paris. Elle a 44 ans. Bachelière au lycée Henri IV, elle a côtoyé les mêmes bancs qu'une certaine… Mazarine Pingeot, la fille de François Mitterrand.

Sa fonction. Delphine Batho est députée de la 2ème circonscription des Deux-Sèvres depuis 2007.

Son parcours. Adolescente engagée, Delphine Batho adhère à SOS Racisme à la fin des années 1980, avant d'en prendre la vice-présidence en 1992. Repérée par Julien Dray, elle entre au Parti socialiste deux ans plus tard, gravitant dans le giron de ce dernier et de son courant Gauche socialiste. Soutien de Ségolène Royale pendant la campagne de 2007, Delphine Batho planche notamment sur le volet sécurité du programme de la candidate. La même année, elle remporte à une large majorité la députation dans les Deux-Sèvres. Réélue en 2012 dès le premier tour, elle laisse son siège à son suppléant Jean-Luc Drapeau, lorsque François Hollande, dont elle fut l'un des porte-parole pendant la campagne présidentielle, la nomme ministre déléguée à la justice puis dans la foulée ministre de l'Ecologie. Un an plus tard, elle est écartée après avoir ouvertement critiqué sur RTL le budget 2014. Par la suite, Delphine Batho fustige le virage social-libéral du quinquennat, et ce qu'elle considère comme un renoncement en matière de politique écologique. Elle est réélue députée en 2017, toujours à une large majorité, face à la candidate LREM.

Sa ligne politique. Ouvertement critique avec la précédente majorité, dont elle est pourtant issue, Delphine Batho se revendique comme l'une des principales voix écolos du PS. Si elle se définit aussi comme une "insoumise" – suivant le titre du livre qu'elle a publié en 2014 –, elle voit pourtant en Jean-Luc Mélenchon "le symptôme de la régression politique de la gauche",  ne lui pardonnant pas de ne pas avoir "trac[é] de ligne rouge entre l'extrême droite et la République" après le premier tour, selon des déclarations au Parisien.

Sa candidature. "Je ne peux pas laisser faire ! Je suis candidate pour l'espérance et changer le système", lance Delphine Batho dans les colonnes du Parisien le 15 janvier. Elle y dénonce la mainmise des caciques socialistes sur l'organisation du congrès : "Je conteste de A à Z les modalités d'organisation de ce congrès de confiscation, dans ce qui n'est plus un parti mais une petite mafia politique avec ses parrains, ses lieutenants, ses exécutants", tacle-t-elle. Son appel à la mobilisation – "venez-vous battre, forcez les portes" –, n'est pas sans faire écho au "dégagisme" qui a aidé l'ascension d'Emmanuel Macron.

 

Le Congrès PS d'Aubervilliers en cinq dates

  • 27 janvier : dépôt des textes des motions devant le Conseil national du PS. Chaque motion est emmenée par un candidat au premier secrétariat, soutenu par une liste de signataires.

  • 15 mars : un vote des militants départage les motions déposées. Le nombre de voix glanées détermine le poids de chaque motion dans les instances du parti.

  • 29 mars : les militants élisent le premier secrétaire du Parti socialiste parmi les premiers signataires des deux motions arrivées en tête du scrutin le 15 mars.

  • 7 et 8 avril : désignation officielle des instances nationales du parti lors d’un congrès à Aubervilliers.