Primaire PS : un scrutin surveillé de près

  • A
  • A
Primaire PS : un scrutin surveillé de près
"La France a décidé de s'emparer des conditions de son changement", s'est réjoui Arnaud Montebourg@ MAX PPP
Partagez sur :

Ce scrutin inédit a été placé sous haute sécurité, pour éviter les contestations.

Quelque 10.000 bureaux, partout en France métropolitaine, pour un scrutin inédit : désigner le candidat du Parti socialiste pour l'élection présidentielle de 2012. Et pour faire de ce scrutin un succès, la rue de Solférino a aussi mis en place des garde-fous pour se prémunir de toute accusation de triche ou de fraude. Car le très mouvementé Congrès de Reims est encore dans toutes les mémoires. Un maximum de verrous - et de moyens - sont donc en place pour éviter toute contestation des résultats de la part des six candidats en lice. Europe1.fr passe en revue toutes les garanties anti-fraude prévues par Solférino et par la Haute Autorité des primaires.

Comment va se dérouler le vote ? Pour ce scrutin ouvert à tous les sympathisants, et non aux seuls encartés comme pour la primaire de 2006, près de 10.000 bureaux de vote sont ouverts dans toute la France. Vous trouverez le vôtre en rentrant votre code postal sur le site http://bureauxdevote.lesprimairescitoyennes.fr/ ou sur les applications iPhone lancées par le parti. Contrairement à Europe-Ecologie -Les Verts, le PS a décidé de ne pas autoriser le vote électronique ou le vote par procuration.

Quelles sont les garanties de confidentialité du vote ? Un président et des assesseurs désignés par le comité départemental d'organisation des primaires (CDOP) veilleront au bon déroulement du scrutin. Le vote sera secret (bulletin sous enveloppe, isoloirs). 200 huissiers ont été réquisitionnés pour surveiller la mise sous scellés des listes d’émargement au soir du premier tour, leur réouverture au second tour, le 16 octobre, puis leur destruction par incinération dès la primaire terminée.

Les candidats sont-ils sereins ? Pas complètement, semble-t-il. Comme le révélait Europe 1 mercredi matin, les deux favoris, François Hollande et Martine Aubry, ont pris leurs dispositions pour surveiller le scrutin. Des observateurs des deux camps seront envoyés en toute discrétion dans les bureaux de vote "sensibles", en clair, là où la triche pourrait se produire. Le camp Hollande sera particulièrement vigilant dans deux départements tenus par les soutiens de Martine Aubry, la Haute-Corse et le Pas-de-Calais. Les envoyés spéciaux de la maire de Lille iront, eux, faire un tour dans quelque 150 bureaux de vote, notamment dans le Languedoc Roussillon.

Une mise sous surveillance des candidats qui n’offusque pas le porte-parole de la Haute autorité des primaires citoyennes, Jean-Pierre Mignard. "Il est tout à fait naturel que les candidats aient leurs représentants. Il n'y a rien de bien nouveau, puisque cela se passe comme ça dans toutes les élections officielles de la République" a t-il confié à Europe 1. "Il y a un peu de fébrilité de la part des candidats, c’est normal" commente, de son coté, Christophe Borgel, le secrétaire national du PS aux élections, joint par Europe1.fr.

Comment les résultats sont transmis ? Trois canaux, destinés à déceler toute incohérence dans les résultats ont été imaginés par la Haute Autorité des primaires et par Solférino : la communication par téléphone, le bon vieux procès-verbal et le stylo électronique, présenté comme l’arme fatale anti-triche du scrutin. Dans un premier temps, une fois le dépouillement terminé, chaque président de bureau de vote transmettra les résultats à Solférino via un sytème Audiotel sécurisé. Ces résultats, qui ne seront encore que provisoires, seront consultables sur l’intranet de la primaire par les membres de la Haute Autorité des primaires citoyennes, par les équipes des candidats et par les Commissions départementales de recensement des votes. En parallèle, ces estimations seront diffusées en temps quasi-réel sur le site www.lesprimairescitoyennes.fr

Dans un second temps, un procès verbal de chaque bureau de vote et le stylo électronique, qui permet d'enregistrer tout ce qui est écrit, sera remis à la Commission Départementale de Recensement des Votes. La CDRV transmettra ensuite les résultats cumulés du département au Comité National d'Organisation des primaires qui a pour charge de saisir les données.

Qui validera les résultats ? Réunis dans une pièce à Solférino, les trois membres de la Haute Autorité des primaires, Jean-Pierre Mignard, Catherine Barbaroux et Rémi Pautrat ainsi que 12 experts (des juristes et trois ou quatre membres du PS) seront chargés de valider définitivement les résultats. En cas de problème, le stylo numérique permettra de "recouper" les informations données via l’Audiotel et le PV. Les premiers résultats, dans les départements où il y aura eu peu de participation, tomberont vers 21 heures. Le résultat final est attendu autour de minuit, selon la Haute Autorité.

Où seront les candidats ? Après avoir voté, Martine Aubry , Jean-Michel Baylet , François Hollande , Arnaud Montebourg , Ségolène Royal et Manuel Valls rejoindront leur QG de campagne. "Ils passeront à Solférino en fin de soirée", une fois les résultats connus, précise Christophe Borgel. Des représentants de chaque candidat seront en revanche au siège du PS dès le début de la soirée, au moment où les premiers résultats seront donnés.