Primaire LR : le casse-tête des bureaux de vote

  • A
  • A
Primaire LR : le casse-tête des bureaux de vote
Les listes des assesseurs de bureaux de vote sont loin d'être toutes complètes@ Thierry Zoccolan / AFP
Partagez sur :

Les candidats à la primaire de la droite et du centre sont connus mais les bureaux de vote sont loin d'être prêts à recevoir les suffrages des militants.

Alain JuppéNicolas Sarkozy, François Fillon, Bruno Le Maire, Jean-François Copé, Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-Frédéric Poisson sont désormais officiellement candidats à la primaire de la droite et du centre. Charge à la Haute autorité d'organiser l'élection qui désignera le candidat définitif pour la présidentielle. Si certains départements sont déjà prêts à recevoir militants et sympathisants, d'autres sont encore à la recherche d'assesseurs volontaires pour tenir les quelques 10.228 bureaux de vote.

De nombreuses contraintes. Les organisateurs n'ont plus qu'une semaine pour trouver les volontaires qu'il manque pour les élections des 20 et 27 novembre prochain. Mais ils l'avouent, ce n'est pas une mission facile. "C'est un vrai souci", "on rame !" peut-on entendre dans leurs rangs. Car il ne faut pas moins de quatre personnes en permanence par bureau pour s'occuper du vote et de la caisse dans les règles : en effet, pour glisser son bulletin dans l'urne, chaque électeur doit s'acquitter de deux euros. Mais comme les bureaux sont ouverts de 8h à 19h, les volontaires doivent pouvoir se relayer. Ils doivent donc être encore plus nombreux.

Des listes difficiles à compléter. Avec de telles contraintes, difficile de compléter les listes de volontaires de certains départements. C'est le cas notamment du Vaucluse qui compte seulement 300 militants vraiment actifs pour occuper 99 bureaux. Il manque donc une centaine de personnes. Dans l'Essonne, seuls 30% des bureaux de vote affichent complet. En revanche, dans les Ardennes, les candidats se bousculent dans certaines villes et en désertent d'autres. Les assesseurs volontaires doivent donc se rendre dans les bureaux loin de chez eux. "C'est un boulot de dingue", confie une organisatrice. 

Certains départements élargissent leurs recherches. Alors pour trouver toujours plus de volontaires, certaines circonscriptions cherchent plus loin. En Vendée, on appelle les amis et les amis d'amis. Dans la Manche, un appel aux volontaires est lancé dans la presse locale vendredi. Dans le Doubs, une distribution de tracts sera même organisée dimanche prochain dans les boulangeries. Tous les militants de près ou de loin sont mis à contribution pour boucler les listes d'assesseurs volontaires dans les temps.