Primaire EELV : Hulot marque le pas face à Joly

  • A
  • A
Primaire EELV : Hulot marque le pas face à Joly
Ce dernier débat se tenait devant quelque 500-600 militants à Grenoble.@ REUTERS
Partagez sur :

Le débat qui s'est déroulé à Grenoble jeudi était le seul avant le second tour.

C'était la dernière occasion de convaincre. Le débat Joly-Hulot, le seul du deuxième tour de la primaire Europe Ecologie Les Verts a eu lieu jeudi soir à Grenoble, au lendemain de la proclamation des résultats du premier tour, qui a placé l'ex-magistrate en tête, loin devant l'ex-animateur de TF1.

"Pas envie de combattre Eva"

Nicolas Hulot n'a pas semblé chercher à contre-attaquer, ni même à se différencier. A mi-parcours des questions qui leur ont été posées, l'ex-présentateur d'Ushuaïa a reconnu : "On est pas mal d'accord sur beaucoup de choses" et il a inclu plusieurs fois, dans ses réponses, sa rivale, jugeant qu'elle avait probablement le même avis.

"Je n'avais pas envie de combattre Eva Joly", a-t-il aussi déclaré en introduction. En conclusion, son discours se plaçait dans l'incertitude, voire la capitulation: "la confiance (des électeurs pour lui, ndlr) n'est pas encore là". Hulot avait assuré plus tôt dans la journée que quelle que soit l'issue du deuxième tour, son engagement écologique, "qui date d'il y a 20 ans, ne s'arrêterait pas là".

Joly parfait son statut de favorite

L'ex juge, forte de son score du premier tour, a affiché une confiance de favorite dans cette compétition. Eva Joly a lancé des phrases fortes ponctuées de "lorsque nous serons au gouvernement". Interrogée sur un terrain sensible, la question d'une éventuelle alliance avec le centre - MoDem ou Alliance des centres - Eva Joly a assuré : "Ce n'est pas l'écologie qui doit devenir centriste, ce sont les centristes qui doivent devenir écologistes". Hulot a acquiescé. "Comme le dit Eva (...) on doit venir vers nous".

"Je voudrais dire combien l'unité est importante maintenant. Il y a eu un temps pour se différencier. Ce temps-là est passé, maintenant c'est le temps de l'unité", a dit encore l'ancienne juge, appelant de ses voeux "une double victoire de l'écologie et de la gauche en 2012". Dans la matinée, elle avait proposé à son rival de travailler avec lui et d'intégrer, en cas de victoire finale, des membres de son équipe dans la sienne.
Si à l'applaudimètre, les deux candidats ont fait jeu égal, des acclamations "Eva, présidente" ont clôturé les deux heures de débat. Le vote reprend désormais, jusqu'au 7 juillet. Le résultat du second tour est attendu le 12.