Primaire de la droite : très forte participation, les résultats définitifs connus lundi

  • A
  • A
Partagez sur :

Selon les résultats de plus de 9.000 bureaux de vote, François Fillon est arrivé en tête de la primaire de la droite, devant Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. L'ancien chef de l'État a reconnu sa défaite avant même que tombent les résultats définitifs. 

Après des mois de campagne, les deux finalistes de la primaire de la droite sont connus. Doté d'une confortable avance, François Fillon s'est qualifié. Il est suivi d'Alain Juppé. Nicolas Sarkozy, lui, a reconnu sa défaite peu après 22 heures. 

Longtemps, les deux premières places étaient promises à Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, mais François Fillon a fait une remontée spectaculaire ces derniers jours. Les résultats ont conforté cette dynamique, puisque l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy arrive loin devant, avec 44,2% des voix. Il devance donc Alain Juppé (28,6%) et l'ancien chef de l'État (20,6%). Ces résultats sont encore provisoires et concernent 9.491 bureaux de vote sur plus de 10.000.

>>Revivez la journée du premier tour


Les infos à retenir :

  • Selon les premiers résultats, François Fillon est en tête du premier tour de la primaire, devant Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. L'ancien chef de l'État a reconnu sa défaite.

  • Bruno Le Maire et Nicolas Sarkozy ont appelé à voter François Fillon au second tour. NKM, elle, a rallié Alain Juppé.

  • La participation a été spectaculaire. À 1h du matin, on flirtait avec les 4 millions de votants

  • Les résultats définitifs ne seront pas être connus avant lundi matin.


00h59 : Deux programmes face à face. Longtemps tenant du gaullisme social, François Fillon présente désormais le programme le plus libéral, voire thatchérien. Alain Juppé, lui, a opté pour un discours optimiste, mettant en avant une idée phare de son programme : "l'identité heureuse". 


fff_reference


00h26 : Les résultats définitifs, ce ne sera pas pour ce soir. La présidente de la Haute autorité pour la primaire de la droite et du centre, Anne Levade, annonce que le reste des bureaux de vote sera consolidé demain pour une annonce officielle et définitive. À l'heure qu'il est, 92% des bureaux de vote ont livré leur verdict.



23h55 : Copé ne donne pas (encore) de consigne de vote. Jean-François Copé veut prendre le temps de la réflexion. Le bon dernier du premier tour a indiqué qu'il "réunirait [ses] amis" lundi. "Je prendrai ma décision pour le second tour" à ce moment-là, a-t-il indiqué. "Je vous dirai plus précisément celui auprès duquel je me trouverai pour ce second tour de la primaire."

23h30 : François Fillon donné gagnant au second tour. Un sondage OpinionWay publié dimanche soir donne François Fillon vainqueur du second tour de la primaire de la droite. De fait, 56% des personnes qui ont voté au premier tour se disent prêtes à apporter leur suffrage au député de Paris. Alain Juppé ne recueillerait que 44% des voix.

23h00 : Fillon devance Juppé de plus de 15 points. Plus de 9.000 bureaux de vote ont été dépouillés à 23 heures. François Fillon conforte son avance, avec 44,2% des voix, devant Alain Juppé qui en recueille 28n3%. Nicolas Sarkozy est crédité de 20,8% des suffrages. Nathalie Kosciusko-Morizet se détache (légèrement) de Bruno Le Maire, à 2,5% contre 2,4%. Jean-Frédéric Poisson pointe à 1,4% tandis que Jean-François Copé ferme la marche, à 0,3%.

22h50 : "Projet contre projet", promet Juppé. Juste après François Fillon, c'est aux cris des "Juppé président !" qu'Alain Juppé a pris la parole dans son QG. "C'est un combat projet contre projet qui s'engage. J'ai décidé de continuer le combat", a-t-il déclaré, coupant court à toute rumeur de retrait de sa part. "Ce premier tour est une surprise. Dimanche prochain, si vous le voulez comme je le veux, sera une autre surprise." Le maire de Bordeaux sait qu'il ne part, a priori, pas favori dans cette dernière ligne droite. 



Sa stratégie est désormais claire : se démarquer de François Fillon. "Je veux des réformes modernes qui préparent l'avenir plutôt que de cultiver la nostalgie du passé. Qui nous fassent avancer sur le chemin d’une stricte égalité entre les femmes et les hommes, d’une nouvelle croissance, d’une transformation numérique maîtrisée." 

22h40 : François Fillon acte sa victoire. François Fillon a prononcé un discours peu après 22h30, saluant le "succès populaire" de la primaire. "Depuis des mois et des mois, je trace mon sillon sérieusement, calmement. Je ne dévie pas dans ma marche. Autour de nous, une dynamique puissante est enclenchée", a-t-il déclaré. "Je suis porté par celles et ceux qui veulent redresser la France. L'espoir est là, s'est manifesté avec force partout en France. Cet espoir vient d'un peuple libre, réfléchi, qui demande qu'on l'écoute et lui fasse confiance."

Ayant une "pensée particulière pour Nicolas Sarkozy", François Fillon a promis que sa campagne allait "encore s'accélérer et s'amplifier". "Ensemble, nous allons bâtir une alternance forte pour la France."

22h34 : NKM choisit Alain Juppé. Sans surprise, Nathalie Kosciusko-Morizet a apporté son soutien à Alain Juppé pour le second tour. "Je n'ai jamais couru après les places, ni après les postes", a-t-elle assuré. "Au deuxième tour, je soutiendrai Alain Juppé pour défendre mes idées." La candidate de la "Nouvelle France" a par ailleurs revendiqué la quatrième place du premier tour. Après dépouillement de 8.709 bureaux de vote, elle est en effet passé devant Bruno Le Maire, mais avec moins de 2.000 voix d'écart.

22h30 : Le clan Le Maire divisé. Bruno Le Maire a fait son choix : il soutiendra François Fillon au second tour. Mais ses lieutenants en feront-ils autant ? Au micro d'Europe 1, Franck Riester, porte parole du député de l'Eure, pense plutôt voter Alain Juppé. "Je pense qu'il est le mieux à même de rassembler la droite, le centre et une majorité de Français pour gagner en 2017. J'ai défendu la candidature de Bruno Le Maire avec beaucoup de force parce que je pensais notamment qu'il fallait un visage neuf pour appréhender de la meilleure façon l'élection de 2017. A partir du moment où les Français ont fait un autre choix, je pense qu'il faut quelqu'un qui soit le plus à même de rassembler, rassembler les différentes générations et les différentes sensibilités pour gagner face à Marine Le Pen."

En outre, Franck Riester a dit avoir de "vraies divergences sur les questions de société" avec François Fillon. "Sur les questions autour du mariage pour tous, l'adoption des couples homosexuels, mais pas seulement. Il y a des flous. Alain Juppé est beaucoup plus clair."

22h20 : Les résultats s'affinent et Fillon triomphe. L'envolée de François Fillon se poursuit. Quelque 8.400 bureaux de vote ont désormais été dépouillés et l'ancien Premier ministre totalise 44% des suffrages. Alain Juppé est crédité de 28,1% des voix, tandis que Nicolas Sarkozy est à 21,1%. Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet sont dans un mouchoir de poche, à seulement 50 voix d'écart avec 2,5% des votes. 

22h10 : Nicolas Sarkozy reconnaît sa défaite. Peu après 22 heures, et alors que les résultats définitifs ne sont pas encore tombés, Nicolas Sarkozy a reconnu sa défaite. "Je respecte et je comprends la volonté de choisir pour l'avenir d'autres responsables politiques que moi", a-t-il déclaré. Avant d'apporter son soutien à François Fillon pour le second tour. "J'ai beaucoup d'estime pour Alain Juppé mais les choix politiques de François Fillon me sont plus proches. François Fillon me paraît avoir le mieux compris les défis qui se présentent à la France. Je voterai donc pour lui au second tour de la primaire."

Nicolas Sarkozy a ensuite esquissé (une nouvelle fois) un retrait de la vie politique. "Il est donc temps maintenant pour moi d'aborder une vie avec plus de passion privée et moins de passion publique. Bonne chance à la France, et à vous mes chers compatriotes."

21h50 : NKM sur le point de dépasser BLM. La tendance est confirmée une nouvelle fois avec le dépouillement de 7.365 bureaux de vote. François Fillon recueille 43,7% tandis qu'Alain Juppé grimpe aussi un peu, à 27,8%. Nicolas Sarkozy perd (légèrement) du terrain, à 21,7%. Bruno Le Maire (2,6%) est sur le point d'être rattrapé par NKM (2,5%). Jean-Frédéric Poisson et Jean-François Copé ferment la marche.

Chez les Français de l'étranger, Alain Juppé arrive en tête avec 45,5% des voix, suivi de François Fillon (37,3%). Nicolas Sarkozy pointe à 8,7%. 

21h35 : Bruno Le Maire rallie François Fillon. Les petits candidats, certains de ne pas accéder au second tour, pensent déjà à celui qu'ils vont soutenir dans la dernière ligne droite. Dans un bref discours, Bruno Le Maire a annoncé qu'il "voterait François Fillon au second tour". "Je me battrai pour que l'alternance ait lieu en 2017. Je veux plus que jamais être un acteur du rassemblement de ma famille politique."



21h35 : La tendance se confirme dans le trio de tête. Les résultats ont de nouveau été actualisés par la commission d'organisation de la primaire. Ils se basent désormais sur le dépouillement de 6.491 bureaux de vote. François Fillon est désormais à 43,5%, Alain Juppé à 27,6% et Nicolas Sarkozy à 22,1%. Suivent ensuite Bruno Le Maire (2,7%), Nathalie Kosciusko-Morizet (2,4%), Jean-Frédéric Poisson (1,4%) et Jean-François Copé (0,3%).

Sur Europe 1, Edouard Philippe, soutien d'Alain Juppé, a anticipé la qualification du maire de Bordeaux aux côtés de François Fillon. "Il y a de la place pour un débat entre une France conservatrice en termes sociétaux, très libérale en économie", ainsi que le prône le député de Paris, "et un peuple de droite et du centre moins sensible à cela", représenté par Alain Juppé.

21h25 : Stupeur chez les sarkozystes. Au QG de Nicolas Sarkozy, l'ambiance s'est quelque peu crispée. "C'est un peu la sidération", explique notre journaliste sur place, Aurélie Herbemont. L'ancien chef de l'État s'est enfermé dans son bureau avec sa garde rapprochée. Lui et ses proches ont acté que François Fillon serait qualifié pour la finale. Et espèrent maintenant pouvoir remonter sur Alain Juppé pour passer l'étape du premier tour. Pour cela, ils espèrent notamment que les suffrages dans le Sud-est de la France, plus sarkozyste que d'autres territoires, lui permettront de refaire son retard.

Mais certains semblent bien peu optimistes. Ainsi, Rachida Dati s'est dit "très triste pour Nicolas Sarkozy" sur l'antenne de France 2. "La primaire n'a pas forcément sélectionné le meilleur", a regretté celle qui a toujours soutenu l'ancien président de la République. "Il y a eu des vents contraires. Il faisait campagne contre vents et marées. Quand vous prenez des unes de journaux tous les jours contre lui, le premier débat c'était six contre lui... Au bout d’un moment ça prend. La primaire aboutit à des compromis. Je trouve que pour diriger un grand pays comme la France, il faut le meilleur et pas des compromis."

21h15 : Fillon toujours en tête, l'écart se creuse avec Sarkozy. Ce sont désormais 5.496 bureaux de vote qui ont été dépouillés. L'avance de François Fillon se confirme avec 43,6% des voix pour l'ancien Premier ministre. Alain Juppé pointe désormais à 26,7%, et creuse l'écart avec Nicolas Sarkozy, qui recueille 22,9% des suffrages. Pour Eric Woerth, soutien de Nicolas Sarkozy, "tout est envisageable", même une élimination de son champion. 

20h50 : Fillon en tête selon des résultats très provisoires. Les premiers résultats de la primaire ont été donnés peu avant 21 heures par Thierry Solère, président de la commission d'organisation de la primaire. Sur 2.913 bureaux de vote dépouillés, qui rassemblent 690.000 votants, François Fillon se détache nettement avec 42,8% des voix. Alain Juppé suit avec 26% des suffrages, talonné par Nicolas Sarkozy (24,4%). Bruno Le Maire pointe en quatrième position avec 4% des voix, Nathalie Kosciusko-Morizet en a recueilli 2,1%, Jean-Frédéric Poisson 1,4% et Jean-François Copé 0,3%. Ces résultats sont "incroyablement provisoires", a précisé Thierry Solère. "Ils n'intègrent pas encore le vote des Français de l'étranger" et sont à prendre avec énormément de précautions.

"J'invite à la plus grande prudence", a confirmé le président de la commission d'organisation sur Europe 1. "Par nature, les [résultats des] plus gros bureaux arriveront plus tard. Chaque bureau ne se vaut pas en termes de participation." En outre, les résultats des Français de l'étranger, qui n'ont pas encore été intégrés, sont "différents", a prévenu Thierry Solère. "Ce n'est pas tout à fait la même [tendance]."

20h40 : "Le vainqueur de cette primaire, c'est la primaire elle-même". En attendant de connaître les deux qualifiés du premier tour, Hervé Gattegno, directeur de la rédaction du JDD, voit déjà "un vainqueur de cette primaire : c'est la primaire elle-même". Selon lui en effet, le vote s'est bien déroulé et la campagne a su intéresser les citoyens. "Les débats ont passionné les Français même quand ils n'étaient pas complètement passionnants et ce scrutin attire énormément d'électeurs. Incontestablement, c'est un succès. J'y vois une envie profonde, dans une part significative de l'électorat français, de passer à autre chose, d'accélérer le rythme normal de la démocratie."

20h30 : Beaucoup d'électeurs de gauche. Une telle participation le laissait supposer : les électeurs de gauche se sont bien mobilisés pour aller voter à la primaire de la droite. Selon un sondage Elabe pour BFM TV, 15% des personnes qui se sont déplacées aux urnes se disent de gauche. Six électeurs sur dix (63%) sont identifiés comme des sympathisants de la droite et du centre, 14% n'ont pas de préférence partisane et 8% sont affiliés au Front national.

20h15 : Sérénité affichée chez Sarkozy. Au QG de Nicolas Sarkozy, l'heure est à l'auto-congratulation. Selon l'un des soutiens de l'ancien président, les premiers résultats dans les territoires ultramarins lui sont favorables. 



19h55 : On vote encore à Neuilly. Il reste une cinquantaine de personnes dans la file d'attente devant le bureau de vote de Neuilly, fief de Nicolas Sarkozy. Il y a eu un léger flottement à 19 heures, a constaté notre reporter Jean-Sébastien Soldaïni. Le responsable du bureau de vote a finalement décidé de prolonger les opérations avec les votants présents. L'annonce des résultats partiels sont donc retardés.

19h45 : Dépouillement en cours. À travers la France, le dépouillement est en cours dans les quelque 10.000 bureaux de vote mobilisés par Les Républicains pour leur primaire. La Haute Autorité avançait dans un premier temps pouvoir communiquer des résultats vers 23 heures mais elle temporise désormais en raison de la forte participation. Dans l'entourage de Nicolas Sarkozy, on laisse entendre que les premiers résultats en provenance de La Réunion sont favorables.



19h16 : Des premiers résultats (très provisoires) vers 20h15. La Haute autorité a annoncé qu'elle dévoilerait des premiers résultats de près de 2.000 bureaux de vote entre 20h15 et 20h30. Mais cette première tendance sera à prendre avec des pincettes, puisqu'il s'agira de "petits" bureaux de vote, dans des territoires peu peuplés. A moins qu'une tendance très nette se dessine rapidement, il faudra sans doute attendre quelques heures pour avoir un résultat un tant sois peu significatif.

19h05 : Plus de 2,5 millions de votants à 17 heures. C’est l’un des grands enseignements de cette journée. La participation a été largement à la hauteur des attentes des organisateurs, les surpassant même. A 17 heures, selon les résultats de 70% des bureaux de vote seulement, pas moins de 2,5 millions de personnes s’étaient déplacées aux urnes. ce qui laisse croire à une participation finale proche des 4 millions d’électeurs. Dans certains bureaux de vote, l'affluence a été telle que les enveloppes ont manqué aux électeurs. 



Par ailleurs, des territoires où les électeurs votent traditionnellement à gauche ont enregistré une participation bien supérieure à celle qui était anticipée. C'est le cas, notamment, dans certains arrondissements parisiens, comme le 18e. 

19 heures : les bureaux de vote sont fermés. Le scrutin est clos. Les bureaux de vote ont tous fermé leurs portes à 19 heures précises. Place au dépouillement, et aux premières remontées des résultats. pour éviter tout soupçon, chaque président de bureau envoie les scores à la Haute autorité de la primaire, seule habilité à proclamer les résultats.