Primaire à droite : les adhérents UDI refusent d'y participer

  • A
  • A
Primaire à droite : les adhérents UDI refusent d'y participer
Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI, est opposé à l'idée d'une participation à la primaire.@ DOMINIQUE FAGET / AFP
Partagez sur :

66,56% des adhérents du parti centriste refusent de participer à la primaire de la droite.  

Les adhérents de l'UDI (Union des démocrates et indépendants) se sont prononcés à 66,56% contre une participation à la primaire de la droite, en l'absence d'un accord avec le parti Les Républicains, selon les résultats d'une consultation interne annoncés dimanche.

23.000 adhérents, 40% de participation. Les résultats de ce vote électronique, conformes à la consigne de refus du patron de l'UDI Jean-Christophe Lagarde, ont été annoncés lors d'un congrès du parti réuni à Versailles. La participation à cette consultation s'est élevée à 40,74%. Les quelques 23.000 adhérents de l'UDI à jour de leur cotisation étaient invités à se prononcer par Internet. Selon les résultats de ce vote, ils ont dit "non" à 66,56% et "oui" à 29,85%, 3,59% ne se prononçant pas. Ces chiffres ont été accueillis par les applaudissements des participants à la réunion.

"Je préfère l'éclatement à l'effacement". Ce résultat n'est pas une surprise : le président de l'UDI,  Jean-Christophe Lagarde avait appelé les militants à voter contre une participation à la primaire envisagée par LR, faute d'accord sur une plate-forme programmatique et un "pacte de gouvernance" avec la formation de Nicolas Sarkozy. Lors d'une récente rencontre avec des journalistes, le dirigeant centriste a déclaré assumer le risque d'accentuer l'éclatement de la droite et du centre.

"Je préfère l'éclatement à l'effacement. Ça ne peut pas être un chantage permanent entre l'effacement et l'éclatement. S'il n'y a pas de coalition et pas de compromis, l'effacement n'est pas une solution", avait confié le dirigeant centriste. Le congrès de l'UDI a donné mandat au bureau politique de la formation, par 84,87% des voix contre 8,08%, pour préparer "dès à présent" une projet présidentiel et législatif. Il a également demandé au bureau exécutif de l'UDI de lancer la désignation des candidats du parti aux législatives.