Présidentielle : à Lyon, Jean-Luc Mélenchon fait feu sur Emmanuel Macron

  • A
  • A
Présidentielle : à Lyon, Jean-Luc Mélenchon fait feu sur Emmanuel Macron
En meeting dimanche à Lyon et Aubervilliers via un hologramme, Jean-Luc Mélenchon a estimé que Emmanuel Macron avait "pourri la vie de milliers de gens avec sa participation à la loi El Khomri".@ AFP
Partagez sur :

Au cours de son double meeting de dimanche, le candidat de La France Insoumise n'a pas épargné Emmanuel Macron. Marine Le Pen n'a été, en revanche, qu'à peine évoquée.

Il a "pourri la vie de milliers de gens", vendu Alcatel-Lucent, pas construit d'éoliennes: Emmanuel Macron a été le principal sujet des critiques de Jean-Luc Mélenchon, en double meeting dimanche à Lyon et, via un hologramme à Aubervilliers, Marine Le Pen étant à peine évoquée.

"Où sont leurs programmes ?". Appelant dès ses premiers mots à résister au "champignons hallucinogènes qui poussent dans la jungle politique et la bulle médiatique", le candidat de La France Insoumise a critiqué ces candidats qui "ne laissent derrière eux aucun outil pour pouvoir discuter". "Où sont leurs programmes ?", a-t-il interrogé devant une salle bondée à Lyon, réunissant selon son équipe environ 12.000 personnes, dont certaines restées dehors malgré la pluie.

Puis, s'attaquant directement au candidat d'En Marche! et ancien ministre de l'Économie, Jean-Luc Mélenchon a estimé que Emmanuel Macron avait "pourri la vie de milliers de gens avec sa participation à la loi El Khomri". Il a regretté la proposition de ce dernier d'ouvrir les bibliothèques le dimanche: "c'est juste pour aller faire bosser les gens le dimanche, parce que les bibliothèques, il y a des bibliothécaires dedans!".



Et, un peu plus tard, en dénonçant l' "ubérisation" de la société lors d'un long développement sur "le continent du numérique", le député européen a estimé que "ce n'est un idéal que pour les jeunes gens pétaradants du type de notre jeune banquier".

"À mon tour de ricaner". Poussant l'ironie, il a encore moqué le chèque culture de 500 euros que Emmanuel Macron veut offrir à chaque jeune de 18 ans. "Je ne sais pas à combien ils se sont mis pour trouver ça. À mon tour de ricaner. Quand eux nous disent 'il faut produire avant de distribuer' (je leur réponds), avant de distribuer des chèques pour consommer de la culture, il faut d'abord la conduire", a-t-il lâché.

Une "ignorante" Marine Le Pen. Jean-Luc Mélenchon, qui s'exprimait simultanément devant environ 6.000 personnes en banlieue de Paris en Seine-Saint-Denis, via son hologramme, a très brièvement évoqué Marine Le Pen, également en meeting dimanche dans la capitale des Gaules, la traitant d'"ignorante" parce qu'elle souhaite refuser l'école publique aux enfants d'étrangers en situation irrégulière.

Quant au candidat des socialistes, investi dimanche, Benoît Hamon, jamais nommé, il a été la cible d'une remarque ironique en fin de meeting: "Je suis un homme heureux parce que l'espace des idées pour lesquels nous nous sommes battus ces dernières années se répand". "Que ça fait chaud au cœur d'entendre parler de planification écologique ailleurs que dans nos rangs !", a-t-il ajouté.