Présidence de LR : la compétition lancée dans une ambiance morose

  • A
  • A
Présidence de LR : la compétition lancée dans une ambiance morose
Daniel Fasquelle est candidat pour la présidence des Républicains. @ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Seulement quelques centaines de militants et quelques cadors du parti étaient présents ce week-end au Touquet. 

La compétition est lancée à droite pour la présidence de LR : deux des candidats, Daniel Fasquelle et Laurence Sailliet, ont fourbi leurs premières armes ce week-end dans une ambiance morose, en l'absence du favori Laurent Wauquiez, qui se lance cette semaine. Plusieurs ténors du parti Les Républicains s'étaient donné rendez-vous dans la cité balnéaire du Touquet (Pas-de-Calais), à l'occasion du campus annuel des Jeunes LR, traditionnel rendez-vous de la rentrée politique de la droite. L'an dernier, tous les cadors étaient là, croyant fermement en leurs chances de retrouver le pouvoir.

Seulement 300 personnes samedi. Mais après les sévères défaites à la présidentielle et aux législatives, et avant le congrès de décembre qui élira leur nouveau président, le parti fait grise mine. La réunion publique, samedi en fin d'après-midi, n'a rassemblé qu'environ 300 personnes, en présence de plusieurs personnalités du parti, dont le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand, le député de l'Oise Eric Woerth et le sénateur des Hauts-de-Seine Roger Karoutchi.

Des rangs encore plus clairsemés dimanche. Les rangs étaient encore plus clairsemés dimanche, pour le discours de clôture de Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, qui va lancer, au sein de LR, son micro-parti, Libres!, le 10 septembre à Argenteuil. "La droite doit réinventer des solutions nouvelles pour reconquérir les jeunes", dont "seuls 6%" ont voté à droite à la présidentielle, a déploré l'ancienne ministre. La veille, elle était à Bordeaux aux côtés d'Alain Juppé, qui réunissait lui aussi ses propres troupes ce week-end.

Laurent Wauquiez fait sa rentrée mercredi. Laurent Wauquiez, qui arpentait en 2016 les allées du campus en compagnie d'un Nicolas Sarkozy heureux de le présenter comme son "successeur", fera pour sa part sa rentrée mercredi à Châteaurenard (Bouches-du-Rhône). Dimanche, il gravira, comme chaque année, le Mont Mézenc, au coeur du Massif central.