Poutou dans les pas de Besancenot

  • A
  • A
Poutou dans les pas de Besancenot
Philippe Poutou, candidat du NPA, souhaite que la campagne soit "la plus collective possible"@ MaxPPP
Partagez sur :

Le candidat du NPA à l'élection présidentielle prend ses marques à l'université d'été du parti.

Philippe Poutou revêt petit à petit le costume de candidat du NPA à l'élection présidentielle. Le successeur d'Olivier Besancenot veut profiter de l'université d'été du NPA, jusqu'au 31 août à Port-Leucate, dans l'Aude, pour rôder son discours.

La chemise légèrement ouverte, Philippe Poutou a montre lundi un visage souriant au milieu des militants du NPA. A 44 ans, l'ouvrier meneur de conflits dans une usine en Gironde assume son trac et avoue "une petite pression" face à la campagne qui se profile à l’horizon.

"On m’appelle monsieur le président"

"Je n'étais pas destiné à faire ça. Il faut que j'arrive à m'habituer à ce rôle", a confié Philippe Poutou au micro d'Europe 1. "A l'usine, les collègues sont très fiers. Il y a des encouragements en permanence. On m'appelle monsieur le président", sourit-il. Mais ce dernier le reconnaît, il n'est pas facile de faire ses premiers pas à l'ombre d'un Olivier Besancenot toujours en verve contre le système financier et le gouvernement. "Puisque Sarkozy flippe de sa note, il a peur de perdre son triple A, et bien je crois que le NPA peut aussi se transformer en agence de notation et proposer une notation du gouvernement, pas un triple A mais un quadruple B, bye bye bling bling par exemple", a déclaré le facteur de Neuilly, très applaudi par les militants.

Et Olivier Besancenot a regardé les débuts de son successeur avec des sentiments partagés. "Je les ais vus avec à la fois enthousiasme et appréhension. De l'enthousiasme, parce que j'étais fier de l'écouter. Et puis de l'appréhension parce que je sais à quel point il faut se faire violence pour aller par exemple dans des plateaux télé", explique-t-il.

Mais la perspective de participer à des émissions sur le petit écran n'effraie pas outre mesure Philippe Poutou, qui se dit "très enthousiaste" à l'idée d'aller débattre à la télévision.

Une campagne "collective"

Le candidat du NPA  souhaite que la campagne soit "la plus collective possible". Olivier Besancenot sera d'ailleurs à ses côtés durant la campagne. "Il est porte-parole de la campagne" au même titre que Christine Poupin, représentante de la majorité du parti, et Myriam Martin, de la tendance minoritaire, souligne Philippe Poutou.

Reste maintenant à obtenir les 500 parrainages indispensables pour se présenter à l’élection présidentielle. "Nous, on se dit qu'on les aura, on a des équipes partout en place", souligne-t-il. Il dit avoir déjà obtenu une petite centaine de promesses de signatures.