Pour Portelli, LR fonctionne de manière "totalement archaïque", "coupé d'une partie du peuple"

  • A
  • A
Pour Portelli,  LR fonctionne de manière "totalement archaïque", "coupé d'une partie du peuple"
L'élection à la présidence de LR, à laquelle Florence Portelli est candidate, aura lieu les 10 et 17 décembre.@ JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

Candidate à la présidence du parti, Florence Portelli a dénoncé mercredi sur franceinfo une droite devenue trop sectaire.

Florence Portelli, candidate à la présidence des Républicains (LR), a jugé mercredi que son parti fonctionnait de manière "totalement archaïque" et "ringarde", "coupé d'une partie du peuple" auquel il "ne sait pas parler". "On pense que ce parti fonctionne de manière totalement archaïque, ringarde, et qu'il faut changer son mode de fonctionnement", a expliqué Florence Portelli sur franceinfo, pour justifier sa candidature.

Élargir l'électorat de droite. "Ça fait très longtemps qu'il y a des idées que je défends qui ne sont à mon avis pas suffisamment portées, que la droite a soulevées il y a très longtemps, et à laquelle elle n'a pas su répondre, notamment en ce qui concerne les fractures sociales et territoriales", a-t-elle jugé.

"Je pense que même quand on gagnait des élections, on ne les gagnait pas largement. On a un problème de socle, de base électorale, lié au fait qu'on s'est coupé d'une partie du peuple, d'une partie de la France, parce qu'on ne sait pas lui parler. On ne sait pas parler aux zones déclassées, aux zones rurales, aux zones périphériques", a poursuivi la maire de Taverny (Val-d'Oise) et ancienne porte-parole de François Fillon lors de la campagne présidentielle.

Déjà trois candidatures déclarées. L'élection à la présidence de LR aura lieu les 10 et 17 décembre. Se sont déjà déclarés, outre Florence Portelli, Daniel Fasquelle, vice-président du mouvement, trésorier et député du Pas-de-Calais, et Laurence Sailliet, proche du président des Hauts-de-France Xavier Bertrand. Le vice-président du parti et président d'Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez, favori du scrutin, doit présenter sa propre candidature d'ici la fin de la semaine.