Pour Le Pen, FN et UMP sont "incompatibles"

  • A
  • A
Pour Le Pen, FN et UMP sont "incompatibles"
@ EUROPE 1
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le fondateur du FN ne veut pas entendre parler d’alliances avec l’UMP. Sauf peut-être au niveau local…

 La retraite, très peu pour lui. A plus de 85 ans, Jean-Marie Le Pen va se lancer, l’année prochaine, dans une nouvelle bataille électorale : les élections européennes. Le président d’honneur du Front national, qui laisse désormais la lumière à sa fille Marine, a accepté de parler de l’actualité au micro d’Europe 1, jeudi matin.

Sa candidature. On le pense un peu âgé pour se frotter à l’exercice. "Il n'y a pas d'âge pour les braves !", répond-t-il avec fermeté et malice. Et n’allez surtout pas dire à Jean-Marie Le Pen que sa candidature illustre un manque de relève dans son parti : "pas du tout, mais je pense être encore en mesure d'assumer cette responsabilité et de tirer une liste avec efficacité". Annoncée par sa fille, sa candidature ne l’enchante pas plus que ça, assure-t-il : "ce n'est pas le plaisir que j'ai de me trouver au Parlement européen, dont je suis un des contestataires comme vous le savez... Mais c'est la possibilité, étant plus connu que la plupart de mes camarades, de tirer la liste avec plus d'efficacité..." 



"Nous sommes incompatibles avec l'UMP"par Europe1fr
François Fillon discours reuters 930620

© REUTERS

La sortie de Fillon sur le FN. C’est LE sujet qui a agité la classe politique française depuis une semaine. En assurant qu’il serait prêt à voter pour un candidat frontiste si celui-ci est "moins sectaire" que son adversaire socialiste, l’ancien Premier ministre a semé le trouble dans son camp, même si, selon le patron du FN, "ce sont des propos d'homme politique, il ne faut pas toujours les prendre au pied de la lettre". Ce qui ne l’empêche pas de se féliciter de cette sortie du député de Paris : "bien sûr je m'en réjouis ! La division de l'ennemi vous réjouit toujours ! De l'adversaire, disons..." Quant à appeler à voter François Fillon, Jean-Marie Le Pen refuse : "ça me parait difficile : il a dit qu'il ne voterait jamais pour le Front national. Il bénéficiera de la réciprocité..."

>> A LIRE AUSSI : La sortie de Fillon a fait rire Sarkozy

La proximité avec l’UMP. Les propos de François Fillon ont relancé la question du positionnement de l’UMP par rapport au Front national. Jean-François Copé a rappelé la ligne officielle du parti : pas question de faire alliance avec un candidat frontiste. Et du côté de Jean-Marie Le Pen, on estime qu’un rapprochement est inenvisageable au niveau national : "nous sommes tout à fait incompatibles. Ils sont mondialistes, européistes, immigrationnistes. Par conséquent, nous sommes l'inverse ! Dans ce cas, il n'y a pas de possibilité d'accord entre l'UMP et le Front national." Mais le fondateur du FN laisse toutefois une porte ouverte, histoire d’entretenir le flou : "en revanche, aux élections municipales, où il s'agit de personnes, de personnalités, qui n'ont souvent que l'étiquette de leur parti, il est possible de trouver des ententes..."

>> A LIRE AUSSI : Face au Front national, qui dit quoi à l'UMP ?

Marine Le Pen

© Reuters

La dédiabolisation du FN. Depuis qu’elle a pris la succession de son père, Marine Le Pen fait tout pour rendre son parti plus "respectable", même si Jean-Marie Le Pen assure que "rien n’a changé". Une stratégie qui se traduit dans les sondages, avec de plus en plus de Français qui osent désormais avouer leur proximité idéologique avec le FN. Pour Le Pen père, la posture de sa fille n’a en rien édulcoré le programme du FN : "c'est dans l'esprit des gens, de nos adversaires, que le FN est peut-être plus fréquentable ! Au fur et à mesure qu'il grandit, il a une aura de puissance dont il faut tenir compte. Je crois qu'il trace sa route, avec assez d'efficacité, je le vois dans la rue. Je sors d'un hôpital, des tas de gens sont venus me saluer, il y a quelque chose qui change." Au point de renverser la table en 2017 ? Il estime en tout cas "que Marine Le Pen, c'est mon souhait, se trouvera au 2ème tour en face du socialiste. Là elle a une chance de gagner !"