Pour Jean-Christophe Lagarde, Rama Yade n'"est plus rien"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le maire de Drancy a dénoncé les ambitions présidentielles de Rama Yade, exclue de l'UDI en 2015,  alors même que la victoire de François Fillon soulève de nombreuses questions au centre.

INTERVIEW

"Comment vouloir exister quand on est déjà plus rien ?" Les mots sont durs. C’est ainsi que Jean-Christophe Lagarde, invité lundi de la matinale d’Europe 1, a balayé les ambitions présidentielles de Rama Yade qui, après la victoire de François Fillon, s’est posée dans un tweet comme la candidate naturelle des centristes qui soutenaient massivement Alain Juppé après ce "fiasco". L'ancienne secrétaire d'Etat de Nicolas Sarkozy, qui n'a plus de mandats électifs depuis les régionales, s'était déclarée candidate à la présidentielle en avril.



La possibilité d'une candidature de François Bayrou. La victoire de François Fillon va-t-elle rebattre les cartes au centre ? Le patron de l’UDI, a indiqué dès dimanche soir vouloir entamer une "discussion" avec le candidat officiellement investi de la droite sur son programme. Alors même que du côté du MoDem, la question d’une candidature de François Bayrou se pose également, le maire de Pau ayant en effet conditionné son repli à une victoire d’Alain Juppé. Mais Jean-Christophe Lagarde ne croit pas à la possibilité d’un ralliement de l’UDI. "Je n’ai pas trouvé un seul cadre de l’UDI qui envisage de suivre l’aventure présidentielle de François Bayrou", a-t-il relevé, tout en dénonçant l’appétence de François Bayrou pour la présidentielle.

Macron, un candidat illisible ? Reste également le cas Macron. Sur BFM TV, l’ancien ministre de l’Economie à fait appel aux électeurs déçus d’Alain Juppé. Certains cadres de l’UDI, comme Chantal Jouanno, avaient déjà signifié leur envie de travailler avec le fondateur d’ "En Marche !", candidat fraîchement déclaré à la présidentielle. Là encore, Jean-Christophe Lagarde évacue cette hypothèse. "Il y  des choses que j’ai du mal à comprendre chez Emmanuel Macron. Au départ, il dit qu’il n’est ni de droite et ni de gauche. Après, il dit que sa filiation est de gauche. Maintenant, il fait appel à la droite et au centre […] Je ne comprends plus la démarche et, pour tout dire, je n’y crois pas", a-t-il déclaré.