Pour Dominique Bussereau, l'abandon de l'écotaxe est un "scandale d'État"

  • A
  • A
Partagez sur :

Invité de la matinale d'Europe 1, jeudi matin, Dominique Bussereau a critiqué le gouvernement sur l'abandon de l'écotaxe, en dénonçant un "scandale d'État".

INTERVIEW

Ancien secrétaire d'État aux Transports, Dominique Bussereau estime que l'abandon de l'écotaxe est un "scandale d'État". "On laisse de côté une recette importante alors qu'on fait la COP21, on ne fait plus payer les pollueurs, on n'a plus d'argent pour les infrastructures et on a les gens d'Ecomouv qu'on a lincencié à Metz", a liste le député Les Républicains. Selon lui, les recettes de l'écotaxe auraient été "de deux milliards d'euros par année pleine à partir de maintenant", soit un manque à gagner de dix milliards d'euros. La Cour des comptes a pointé du doigt cet abandon, qui aurait d'après elle coûté environ un milliard d'euros.

"Délit de concussion". "On a en plus un délit, parce que le fait pour un agent public de ne pas percevoir un impôt est un délit de concussion. (...) Si un Français voulait porter plainte, elle serait recevable", a expliqué le parlementaire. Il s'est aussi défendu d'avoir mis en place un système coûteux avec la création de l'écotaxe par le gouvernement de François Fillon : "On n'embauchait pas de fonctionnaires, on faisait faire ce travail [collecter la taxe, NDLR] par une entreprise privée dont c'était le métier, avec la SNCF, donc une entreprise française."