Pour Bayrou, les Républicains, c’est la “division”

  • A
  • A
Partagez sur :

Pour le leader du MoDem, l'exercice de la primaire "est un mécanisme qui risque de donner un poids trop important au plus dur de chaque camp."

INTERVIEW

La pression monte à l'UMP. A quatre jours de son congrès refondateur, la justice dira mardi si le principal parti d'opposition peut se rebaptiser Les Républicains, comme le souhaite Nicolas Sarkozy. Saisi en urgence par des associations et partis de gauche, le tribunal des référés de Paris doit juger de la légalité de ce nouveau nom, qui constitue selon les plaignants une "appropriation du bien commun". Invité mardi d'Europe 1, François Bayrou n'a pas dit autre chose.

"C'est regrettable". "Je suis  un républicain, vous êtes un républicain, nous sommes des républicains ! La question de la captation de ce terme par un seul parti politique est un élément de trouble. Ce qui me gêne, c'est que mot républicain était, hier, un mot de ralliement, rassemblement. Demain, ce sera un nom de parti politique, donc un mot de divisions. C'est regrettable. Je pense que l'on aurait pu trouver une autre manière de présenter les choses", a estimé le maire de Pau.

"Je n'ai pas l'intention d'aller voter". Envisage-t-il de concourir à la primaire ouverte ou continue-t-il de se ranger derrière Alain Juppé? "Je n'ai pas changé d'inquiétudes sur ce sujet. La primaire, c'est un mécanisme qui risque de donner un poids trop important au plus dur de chaque camp. En plus, cela oblige à être d'un camp ou de l'autre, alors toute ma vie politique est d'expliquer qu'il n'est pas vrai que le pays est divisé en deux camps !" Et de conclure : "Donc, je n'ai pas l'intention d'aller voter".