Placé critique "l'éviction" de Bricq

  • A
  • A
Placé critique "l'éviction" de Bricq
Le sénateur vert s'est dit "surpris" de ce remaniement surprise.
Partagez sur :

Le sénateur d'Europe Écologie-Les Verts s'est dit "surpris" de l'éviction de la ministre de l'Écologie.

Jean-Vincent Placé ne le cache pas : il est "surpris". Le président du groupe écologiste au Sénat, interviewé sur Europe 1 vendredi, ne comprend pas l'éviction de Nicole Bricq du ministère de l'Écologie, jeudi, lors du mini-remaniement. Il y voit "le premier bémol du gouvernement Ayrault".

L'interview complète de Jean-Vincent Placé :

"Un drôle de message"

Depuis jeudi et le premier remaniement du gouvernement Ayrault, Nicole Bricq n'est plus ministre de l'Environnement, mais du Commerce extérieur. "C'est le seul portefeuille qui a changé, c'est quand même un drôle de message", regrette Jean-Vincent Placé, tout en précisant qu'il n'a rien à redire sur sa remplaçante, Delphine Batho.

Le sénateur d'Europe Écologie-Les Verts se demande "quels sont les tenants et les aboutissants" de ce remaniement. "Alors qu'elle s'était très bien installée depuis un mois, qu'elle connaît très bien les question de l'écologie, qu'elle était déjà très appréciée des associations et des ONG, je ne comprends pas très bien quel est le signal envoyé. C'est donc le premier bémol que je mettrais au gouvernement Ayrault."

Shell, le dossier fatal ?

En à peine un mois au ministère de l'Écologie, Nicole Bricq avait déjà eu entre ses mains un dossier chaud, celui des forages pétroliers exploratoires au large des côtes de Guyane. Alors qu'elle avait annoncé une "remise à plat" du permis accordé à Shell pour ces forages, ceux-ci ont officiellement pu reprendre mercredi.

Faut-il voir un lien de cause à effet entre ces deux épisodes ? Jean-Vincent Placé se cache à peine de le penser, insistant sur "le lobbying extrêmement fort" de l'entreprise pétrolière sur le sujet. "Je ne comprends pas très bien. Quand on fait un gouvernement, on y réfléchit avant d'attribuer les portefeuilles. Et on sait que Madame Bricq connaît très bien les dossiers de l'écologie. C'est vrai que je suis surpris...", a-t-il conclu.