Philippot met Macron en garde sur une attitude "condescendante"

  • A
  • A
Philippot met Macron en garde sur une attitude "condescendante"
Florian Philippot estime que "les Français ouvrent les yeux" sur l'action d'Emmanuel Macron.@ Bertrand GUAY / AFP
Partagez sur :

"Qu'il soit obligé de faire cette grande interview ce soir prouve que cela ne fonctionne plus si bien que ça", a estimé Florian Philippot.

Pour Florian Philippot, président du mouvement Les Patriotes, l'interview d'Emmanuel Macron peut tourner à la "catastrophe". "S'il vient expliquer les choses parce que les Français seraient un peu trop bêtes pour comprendre sa 'pensée complexe', ce sera une catastrophe", a-t-il déclaré dimanche à France Inter-France Info-Le Monde, avant la première interview télévisée du président depuis son élection, sur TF1.

Pour l'ancien vice-président du Front national, le président de la République apparaît "condescendant" avec une série de formules polémiques sur les "illettrés", "ceux qui ne sont rien" ou "les gens qui foutent le bordel".  Même s'il y a "un écran de communication souvent habile", a considéré Florian Philippot, "qu'il soit obligé de faire cette grande interview ce soir prouve que cela ne fonctionne plus si bien que ça" pour un Emmanuel Macron "à la popularité effondrée".

Les "horreurs" de Macron. "Les Français ouvrent les yeux" et sont "en désaccord de plus en plus avec lui sur le fond", selon lui. "Peut-être que beaucoup de Français qui avaient voté pour un vent d'air frais, un renouvellement, n'avaient pas bien regardé le projet, et découvrent la baisse des allocations logement ou la loi travail, toutes ces horreurs".

Comme on lui demandait si quelque chose trouvait grâce à ses yeux dans l'action du chef de l'Etat, le président des Patriotes a rappelé avoir "salué la nationalisation des chantiers navals, mais (...) il a fait marche arrière deux mois plus tard, le groupe italien sera quand même majoritaire et a racheté un joyau industriel français". Et "qu'il réinvestisse des lieux symboliques comme Versailles, le Louvre, je trouvais ça très bien, si ce n'est pas que de la com' et si derrière il y a une vraie politique de rayonnement français", a-t-il ajouté.