Patrick Balkany : "ceux qui vont au FN, des déçus de la gauche"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le maire de Levallois et député Les Républicains des Hauts-de-Seine a pointé du doigt le gouvernement, responsable selon lui de la montée du Front national. 

Nicolas Sarkozy tente d'attirer les électeurs du Front national dans ses filets. L'ancien chef de l'Etat veut les convaincre de voter "pour la droite républicaine" à la présidentielle de 2017, dans une interview accordée à Valeurs actuelles, dans son édition de jeudi. Patrick Balkany, maire Les Républicains de Levallois, partage le discours de Nicolas Sarkozy. " Ceux qui vont au FN sont surtout des déçus de la gauche. Le Front national ne monte que quand la gauche est au pouvoir, pas la droite", assure celui qui est aussi député des Haut de Seine, au micro d'Europe 1, jeudi matin.

Balkany réfute toute surenchère. Patrick Balkany a également réfuté toute surenchère pour convaincre les électeurs du Front national. "La vocation d'un parti politique est de réunir un maximum de gens sur un programme qui convient à tout le monde", se défend le maire de Levallois.

Dans son interview à Valeurs actuelles, Nicolas Sarkozy a aussi promis de "tirer les leçons de ce qui n'a pas bien fonctionné" pendant son quinquennat. Patrick Balkany reconnaît également "des choses imparfaites" durant le mandat de l'ancien chef de l'Etat, tout en le défendant. "Mais si on remet les choses dans leur contexte, 2008 a été la plus grande crise économique dans le monde depuis très longtemps", poursuit le maire de Levallois.

Le maire de Levallois veut en finir avec la redevance télé. Patrick Balkany a enfin pointé du doigt la redevance télévisuelle et les aides à la presse. "En ce qui concerne la presse, il ne me semble pas normal que les Français payent 4 milliards d'euros pour la redevance télé. Vous connaissez beaucoup de Français qui sont contents de payer leur redevance ? Et les aides à la presse s'élèvent également à 800 millions d'euros. Je veux que cet argent soit réinjecté dans l'économie française", conclut-il. Le maire de Levallois a déposé à la fin du mois de juillet trois propositions de loi visant notamment à privatiser l'audiovisuel public, supprimer les aides à la presse et l'avantage fiscal des journalistes dans le calcul de l'impôt sur le revenu.