Parrainages : une récolte compliquée pour Pierre Larrouturou

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le candidat de Nouvelle Donne avoue avoir pris du retard. Dans son QG parisien, les coups de fil s'enchaînent.

REPORTAGE

J-53 avant le premier tour de la présidentielle. La course aux parrainages est lancée pour les candidats depuis dimanche. Le Conseil constitutionnel publie mercredi 1er mars la première liste des parrainages valablement présentés. Il mettra ensuite à jour cette liste tous les mardis et vendredis chaque semaine, jusqu’à la date de clôture, le 17 mars. En plein cœur de Paris, au QG de Pierre Larrouturou, le candidat du parti Nouvelle Donne qui avait voulu participer à la primaire de la gauche, les équipes s’activent.

Sur les 2.700 adhérents que compte le parti, une quarantaine d’entre eux se sont mobilisés bénévolement sur l’ensemble du territoire. Malgré tout, le candidat peine à recueillir ses parrainages.

Une vingtaine d'appels par heure. Dans une toute petite salle, les militants avouent se débrouiller avec "les moyens du bord" : ordinateur, tablette et surtout téléphone personnel, chacun utilise son propre équipement pour contacter les maires un par un. David et Simone enchaînent une vingtaine d'appels par heure. Ils ciblent stratégiquement les communes les plus rurales pour avoir plus de chances de tomber directement sur le maire. "On n’a eu pas mal de gens au bout du fil, par contre des gens potentiellement parrains, on en a eu trois, qui ont été d'accord pour qu’on leur envoie de la documentation. Cela ne veut pas dire qu’il vont nous parrainer", révèle Simone.


"Je mouille la chemise". Des soutiens si compliqués à décrocher que Pierre Larrouturou, le candidat, est lui-même obligé de passer des coups de fil. "J’en ai encore plein cette après-midi, parce que lorsque des amis de Brest ou de Montpellier me disent : ‘Il y a un élu qui a l’air intéressé mais il n’est pas tout à fait convaincu. On lui a envoyé les documents, mais il apprécierait que tu l’appelles, toi, pour te poser directement les questions’, évidemment, moi aussi je mouille la chemise", explique le candidat.

Malgré les efforts, il reconnait avoir pris du retard. Personne ne vous dira combien de soutiens manquent encore à ce petit candidat. Mais selon lui, c'est encore plus compliqué d'être soutenu depuis que les parrainages ne sont plus anonymes.