Nucléaire : Ayrault recadre Montebourg

  • A
  • A
Nucléaire : Ayrault recadre Montebourg
Jean-Marc Ayrault garde le cap sur le nucléaire.@ CAPTURE ECRAN FRANCE 2
Partagez sur :

Jean-Marc Ayrault a "rappelé" à son ministre "la position du gouvernement" dans ce dossier.

Après le tollé provoqué par les propos d'Arnaud Montebourg  sur le nucléaire "filière d'avenir", les écologistes avaient demandé au chef du gouvernement de rectifier le tir. C'est ce que s'est efforcé de faire Jean-Marc Ayrault lundi soir. Invité du JT de France 2, le Premier ministre a confié avoir "rappelé" au ministre de l'Industrie "la position du gouvernement" en la matière.

"La position du gouvernement, elle est très claire", a souligné à ce propos Jean Marc Ayrault. Ce dernier a rappelé  "les engagements que le président de la République a pris devant les Français", à savoir "le mix énergétique".  Comprenez : faire passer d'ici 2025 la part de l'électricité produite par le nucléaire "de 75% à 50%" en développant les économies d'énergie et les énergies renouvelables, a explicité le Premier ministre.

Je suis "un homme d'autorité"

Jean-Marc Ayrault, qui s'est décrit lundi soir comme "un homme d'autorité mais de dialogue", a donc décidé de clore la querelle nucléaire entre socialistes et écologistes. Interrogé sur la question, le Premier ministre a cependant refusé de parler  lui-même de "recadrage" de son ministre. "Je lui ai rappelé la position du gouvernement, il (Arnaud Montebourg) en a parfaitement convenu", a-t-il préféré expliquer.

Arnaud Montebourg dimanche soir :

Si les sujets de discorde entre socialistes et écologistes ne manquent pas, le nucléaire en est un particulièrement sensible pour le gouvernement. Dans le cadre des dernières élections législatives, le Parti socialiste et Europe Ecologie-Les Verts avaient en effet signé un accord politique qui prévoit, entre autres, la réduction de la part du nucléaire dans la production d'électricité française. Un accord qui déjà à l'époque, avait donné lieu à des échanges électriques entre les deux alliés politiques.

>> A lire aussi : "La dure rentrée des écolos"