Nouvelle-Calédonie : "la polémique lancée par Mélenchon est hors de propos", lance François de Rugy

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

François de Rugy implore le leader de La France insoumise de "se hisser à la hauteur" de l'événement. 

INTERVIEW

La Nouvelle-Calédonie jouera en 2018 son avenir via un référendum d'autodétermination. En métropole, Jean-Luc Mélenchon a quitté la mission parlementaire sur le sujet pilotée par Manuel Valls. "La polémique lancée par Jean-Luc Mélenchon est totalement hors de propos", estime François de Rugy dimanche au Grand Rendez-vous Europe 1/C News/Les Echos.

Valls pilotera la mission parlementaire sur la Nouvelle-Calédonie. "En 2018, il doit y avoir un référendum sur l'autodétermination de la Nouvelle-Calédonie", rappelle le président de l'Assemblée nationale François de Rugy. "Le Parlement joue son rôle en réunissant les forces politiques de tous bords de l'Assemblée et en dialoguant avec les forces du territoire de Nouvelle-Calédonie pour voir comment on va organiser ces choses avec le gouvernement. Manuel Valls a été choisi par le groupe En Marche ! et par la commission sur ce sujet". Après cette nomination, le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a choisi de démissionner de la mission parlementaire - Manuel Valls a violemment réagi samedi.

"Qu'il se hisse à la hauteur". "Quand il était Premier ministre, Manuel Valls s'est engagé personnellement et fortement pour la Nouvelle-Calédonie", estime dimanche François de Rugy. "Donc la polémique qui est lancée par Jean-Luc Mélenchon est totalement hors de propos. Qu'il se hisse à la hauteur de l'histoire tragique de la Nouvelle-Calédonie". 


Et le drapeau européen à l'Assemblée ?

Cette semaine, les 17 députés du groupe présidé par Jean-Luc Mélenchon ont déposé un amendement pour que seuls les drapeaux tricolores et de l'ONU soient autorisés à l'Assemblée nationale et non celui de l'Union européenne. "On verra quel est le résultat du vote", a réagi François de Rugy dimanche. "Je crois qu'il ne fait aucun doute qu'une très large majorité de députés, moi y compris" décideront "de maintenir le drapeau européen à côté du drapeau français".