Nice : "Je n’oublierai pas le regard de cette policière qui a intercepté le tueur"

  • A
  • A
Partagez sur :

Eric Ciotti et Christian Estrosi, élus LR de la région de Nice, ont fait part de leur horreur au micro d'Europe 1, quelques heures seulement après l'attentat qui a coûté la vie à au moins 84 personnes.

INTERVIEW

Nice vient de connaître le pire massacre de son histoire. Au moins 84 personnes ont été tuées après qu’un camion a foncé jeudi soir sur la promenade des Anglais où la foule s’était massée pour le feu d’artifice du 14-Juillet. "Nice a vécu une nuit d’horreur et d’épouvante. Les scènes auxquelles on a assisté cette nuit étaient terrifiantes", a témoigné Eric Ciotti, le député LR des Alpes-Maritimes, au micro d’Europe 1. "C’est un spectacle absolument dramatique. Je pense à ces plus de 80 victimes et aux enfants", a aussi déclaré Christian Estrosi, ancien maire LR de Nice au micro d’Europe 1, évoquant "au moins une dizaine d’enfants" tués. "Je suis à leurs côtés et je le resterai."

Le chauffeur a finalement été neutralisé par les forces de l’ordre au terme de sa course folle. "Ce sont les policiers de la police nationale, dont je veux saluer le sang-froid, la lucidité, mais qui sans doute étaient en nombre insuffisant ce soir-là pour garantir une meilleure sécurité. La police municipale était là, elle est aussi nombreuse si ce n’est plus que la police nationale", a précisé Christian Estrosi.

Entendu sur Europe 1
Je n’oublierai pas le regard de cette policière
Eric Ciotti

Course folle. "Une personne dans la foule a sauté sur le camion pour essayer de l’arrêter, c’est à ce moment-là que les policiers ont pu neutraliser le terroriste", a expliqué Eric Ciotti. "Il a tiré sur les policiers sans les toucher, et sur la personne qui a tenté de l’intercepter." "Je n’oublierai pas le regard de cette policière qui a intercepté le tueur", confie encore le député.


Christian Estrosi : « Au moins une dizaine d...par Europe1fr

Premières pistes. Christian Estrosi, qui sous sa mandature a fait installer un important système de vidéo-surveillance dans la ville, a révélé que "le réseau extrêmement performant permet d’identifier très clairement à quel moment le terroriste monte dans son véhicule, depuis un point assez éloigné de la Promenade des Anglais". L’ex-édile évoque "les hauteurs de Nice". Il semblerait que le chauffeur soit arrivé en vélo jusqu’à son camion, précise-t-il sans donner plus d’informations pour ne pas perturber l’enquête en cours. Le camion avait été loué "il y a quelques jours" sur la Côte d'Azur, a indiqué de son côté une source policière à l'AFP.

"C’était fait pour tuer". "Oui, la préméditation semble avérée", renchérit Eric Ciotti auprès d’Europe 1. "Le 14 juillet, jour de Fête nationale, sur le lieu le plus connu de France dans le monde après Paris. […] La préméditation semble au rendez-vous, c’était fait pour tuer, pour tuer le plus possible..."

>>> Retrouvez notre direct sur l'attentat de Nice