Mort de François Chérèque : la classe politique lui rend hommage

  • A
  • A
Mort de François Chérèque : la classe politique lui rend hommage
Les hommages sont nombreux, depuis lundi matin et l'annonce de la mort de François Chérèque, numéro un de la CFDT de 2002 à 2012.
Partagez sur :

Lundi, la classe politique a rendu hommage à François Chérèque, l'ancien secrétaire de la CFDT, mort à 60 ans des suites d'une longue maladie.

"Un grand syndicaliste", "un homme d'idées", "une grande figure"... Les hommages sont nombreux depuis lundi matin et l'annonce de la mort de François Chérèque, numéro un de la CFDT de 2002 à 2012. "François Chérèque était un homme dont le courage a éclairé l'action. Toute sa vie il s'est mobilisé pour la justice et le progrès", a déclaré le chef de l'Etat, en déplacement lundi en Irak, dans un communiqué de l'Elysée. "Homme capable de construire des mobilisations, mais aussi soucieux en permanence de dialogue et de compromis, engagé dans l'action syndicale pendant plus de trente ans dont dix ans passés à la tête de la CFDT, François Chérèque a marqué le paysage syndical français", a-t-il également écrit.

"Beaucoup d'émotion à l'annonce du décès de François Chérèque, grand syndicaliste, homme intelligent et généreux. Pensées pour les siens", a également twitté Benoit Hamon, l'ancien ministre de l'Éducation et candidat à la primaire de la gauche. "Avec François Chérèque s'éteint un grand syndicaliste, un homme de progrès, un ami. Mes pensées vont à sa famille, aux militants de la CFDT", a commenté également Manuel Valls sur Twitter.

"Une éthique au service des salariés". Myriam El Khomri, la ministre du Travail, a salué "son exigence" et son "éthique au service des salariés". Pour Vincent Peillon, ancien ministre socialiste et candidat à la primaire de la gauche, le pays perd "un homme d'exception, d'idées, de combats pour faire avancer la société". 

"Chic type". "C’est quelqu’un qui disait exactement ce qu’il pensait, ce qu’il avait sur le cœur, et ça lui donnait une très grande agilité et beaucoup de capacité de manœuvre", a relevé Jean-Louis Borloo au micro d’Europe 1. "C’était un très très très chic type, et en même temps un leader qui savait joué extrêmement collectif. […] Comme quoi, on peut être leader sans forcément être sur la photo, c’est un peu ça François Chérèque."

"Un leader de parole". "J'apprends le décès de François Chérèque avec une profonde tristesse. C'était un homme bien, un leader de parole et de conviction. Mémoire de 2003", a pour sa part twitté Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre de Jacques Chirac, lors de la signature de l'accord sur les retraites en 2003. Et le candidat à la présidentielle François Fillon, alors en charge du dossier en tant que ministère des Affaires sociales, se rappelle qu'avec ce leader syndical, "le dialogue était franc mais toujours constructif". François Bayrou, président du MoDem salue de son côté "une haute figure d'un syndicalisme du concret et de l'action, et préoccupation morale : la vérité, c'est aussi le combat"