Montebourg ministre, Pulvar s'incline

  • A
  • A
Montebourg ministre, Pulvar s'incline
Arnaud Montebourg étant nommé ministre, Audrey Pulvar doit abandonner les sujets de politique intérieure sur France Inter.@ MAXPPP
Partagez sur :

La journaliste va arrêter son émission quotidienne sur France Inter à compter du 21 mai.

Audrey Pulvar et France Inter, c'est fini. Pour l'instant. La raison ? Son compagnon, Arnaud Montebourg, a été nommé mercredi ministre en charge du Redressement productif dans le gouvernement Ayrault. Du coup, France Inter et Audrey Pulvar ont décidé, "d'un commun accord", de mettre fin au billet d'humeur quotidien de la journaliste à compter du 21 mai prochain.

"La direction de France Inter, avec Audrey Pulvar, réfléchit dès à présent à la place que celle-ci pourrait occuper au sein des programmes de la chaîne à la rentrée de septembre 2012", a précisé la station du service public.

Quid de France 2 ?

Audrey Pulvar va-t-elle aussi quitter son poste de chroniqueuse dans l'émission de Laurent Ruquier On n'est pas couché sur France 2 ? "Nous ne sommes pas dans l'urgence pour le cas Audrey Pulvar", a de son côté réagi la direction de France Télévisions. "France Télévisions a du temps car pendant la campagne des législatives, l'émission de Laurent Ruquier n'aura pas d'invités politiques. Une discussion avec l'intéressée, la maison de production et la chaîne aura lieu le moment venu", a -t-elle ajouté.

La direction a par ailleurs précisé qu'Audrey Pulvar n'était pas une salariée mais une "collaboratrice" de France 2. Le maintien de son poste avait déjà soulevé la polémique en octobre dernier, au moment où Arnaud Montebourg était candidat à la primaire socialiste. Et France 2 avait soutenu Audrey Pulvar sans réserve.

Evincée d'i-Télé en 2010

France Inter avait pour sa part décidé que la journaliste ne devrait plus traiter de sujets de politique intérieure pendant la campagne, comme en 2010. Quand la relation entre le député de Saône-et-Loire avait été révélée au grand jour,  i-Télé avait tranché dans le vif. La chaîne avait suspendu l'émission de la politique de la journaliste. "L'impartialité d'Audrey Pulvar ne peut être, naturellement, mise en cause, mais il était de notre responsabilité d'éviter une confusion des genres préjudiciable, tant pour l'intéressée que pour la chaîne", avait expliqué le patron de la chaîne.