Michel Sapin confirme l'instauration du prélèvement à la source dès 2018

  • A
  • A
Michel Sapin confirme l'instauration du prélèvement à la source dès 2018
Pour Michel Sapin, la réforme sur le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu est "historique". Le ministre de l'Economie a confirmé mercredi son instauration.@ PHILIPPE LOPEZ / AFP
Partagez sur :

Pour Michel Sapin, la réforme sur le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu est "historique". Le ministre de l'Economie a confirmé mercredi son instauration. 

Le ministre de l'Economie et des Finances, Michel Sapin, a qualifié mercredi la réforme de l'impôt sur le revenu, qui sera prélevé à la source à partir de 2018, de mesure "historique", en réponse à des critiques de l'opposition. "C'est historique : la loi des finances 2017 confirme l'instauration du prélèvement à la source pour les entreprises dès 2018", a affirmé le ministre lors de la présentation à Bercy du projet de budget pour l'année prochaine, en soulignant que la France repousse cette mesure depuis une cinquantaine d'années.

Tous les Français concernés.Le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, a ensuite rappelé que le projet serait soumis au Parlement à l'automne et assuré qu'elle "bénéficiera à tous les Français", leur permettant "de mieux affronter (...) certains moments importants de leur vie". "Il est faux de dire que les Français verront leur impôt augmenter à cause du prélèvement à la source", a-t-il affirmé. Selon Christian Eckert, "aucune démarche supplémentaire ne sera imposée aux contribuables, et pour tous, l'impôt s'adaptera automatiquement aux revenus".

Une réforme "simple". A ses yeux, cette réforme sera également "simple" pour les entreprises qui devront prélever l'impôt à la source : "Tout se passera via la déclaration sociale nominative (DSN) qui concerne déjà plus de 800.000 entreprises et sera généralisée en 2017 avant l'entrée en vigueur de la réforme", a-t-il affirmé. 

Les voix opposées se font entendre. L'opposition est vent debout contre cette réforme. Christian Jacob, chef de file des députés LR et soutien de Nicolas Sarkozy pour la primaire de la droite, a qualifié le prélèvement à la source de "fumisterie". Pour sa part, le patron du Medef, Pierre Gattaz, a appelé le gouvernement à renoncer à la mise en oeuvre du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, estimant que la réforme allait être une "catastrophe" pour les entreprises.