Mélenchon s'affiche avec des ouvriers

  • A
  • A
Mélenchon s'affiche avec des ouvriers
@ MAXPPP
Partagez sur :

A peine investi par le PCF, Jean-Luc Mélenchon est allé soutenir des ouvriers à Gémenos lundi.

Pour la première fois, Jean-Luc Mélenchon a effectué lundi un déplacement en tant que candidat officiel du Front de gauche à la présidentielle de 2012. Et l’ancien socialiste, investi au cours du week-end par le Parti communiste, n’avait pas choisi sa destination par hasard. Le député européen est allé à Gémenos, dans les Bouches-du-Rhône, soutenir les salariés de l'usine Fralib’, menacée de fermeture, qui produit les thés Lipton et les infusions L'Eléphant.

Inévitablement, Jean-Luc Mélenchon, l’ancien du PS, n’a pas coupé à la photo près d’un éléphant géant. "Mais attention, ils trompent énormément", a-t-il souri dans une saillie à l’adresse de ses anciens camarades.

"Les travailleurs sont les invisibles de notre société"

Puis a vraiment commencé son déplacement de campagne, celui dont l’objectif affiché était de séduire la classe ouvrière. "C'est chez moi ici !", s’est-il écrié, bras dessus bras dessous avec les syndicalistes locaux qui avait accueilli l'eurodéputé avec force drapeaux de la CGT et du PCF des "salariés en lutte".

"Une usine, ce n’est pas seulement des actionnaires, des résultats, c’est des êtres humains, c’est la qualité d’un produit, c’est l’amour du métier. C’est ces paroles-là que je porte", a ensuite lancé le candidat du Front de gauche. "Les travailleurs et la classe ouvrière sont les invisibles de notre société. Donc, c’est un moment pour moi très symbolique de commencer comme ça, dans une usine avec des gens qui se battent pour leur dignité et pour leur emploi."

"La France belle et rebelle"

Très à l’aise et très applaudi, Jean-Luc Mélenchon s’est ensuite adressé à la centaine de salariés et sympathisants assis en demi-cercle sur des palettes. "C'est à vos côtés que je me sens porté", leur a assuré le candidat, concluant, par un "bon vent, la France que vous êtes, la France belle et rebelle!", comme un slogan de campagne déjà dévoilé la veille sur TF1.

Les débuts semblent donc encourageants pour le candidat Mélenchon qui jusqu’à présent patine dans les sondages entre 3 et 7 % d’intentions de vote. Mais en attendant que les socialistes et les écologistes désignent leur champion, Jean-Luc Mélenchon est aujourd’hui le seul candidat déclaré à gauche, et il compte bien en profiter.