Mélenchon "pas un adversaire", mais pas "la solution" non plus pour Poutou

  • A
  • A
Mélenchon "pas un adversaire", mais pas "la solution" non plus pour Poutou
"On s'est fait avoir quand même plein de fois" par la gauche, a estimé Philippe Poutou.@ BERTRAND LANGLOIS / AFP
Partagez sur :

Le candidat du NPA à la présidentielle a en revanche déclaré qu'il voterait "certainement" pour Jean-Luc Mélenchon si ce dernier était au second tour.

VIDEO

Philippe Poutou, candidat du NPA à la présidentielle, a déclaré lundi que Jean-Luc Mélenchon n'était "pas un adversaire" mais pas pour autant "la solution", estimant s'être "fait avoir plein de fois" par la gauche.

"La solution, ce n'est pas 'Moi je'". "Il y a une dynamique Mélenchon (...) tant mieux pour lui", a déclaré Philippe Poutou sur RMC/BFMTV. "Ce n'est pas un adversaire", a-t-il ajouté, évoquant des "points communs", comme les revendications contre les politiques libérales. "Mais les points de désaccord, c'est qu'on pense que ce n'est pas Mélenchon la solution, ce n'est pas 'moi je', ce n'est pas parce qu'on aura un super président" (...) "la solution, c'est dans la rue que ça se passera", a-t-il continué.

"Arrêter les raccourcis". Pour autant, si Jean-Luc Mélenchon est au second tour, il votera "certainement" pour lui. "C'est quasiment oui", a-t-il dit, alors que "c'est quasiment non" pour l'hypothèse Emmanuel Macron, et "non" pour celle François Fillon. La "nouvelle majorité à gauche", "on l'a déjà vécue, on s'est fait avoir quand même plein de fois",a-t-il continué, rappelant avoir voté pour François Hollande en 2012. "Mais pas parce qu'on espérait un Hollande, parce qu'on disait 'il faut dégager l'autre con, enfin, le Sarkozy'", a-t-il précisé.  "Mais combien de fois on s'est fait avoir là dessus ? Combien de fois la gauche a dit 'on va régler vos problèmes on va s'en occuper'. Donc du coup à un moment donné, il faut arrêter les raccourcis, le vote utile ça va être de dire (..) il faut qu'on vote pour notre camp social".