Mélenchon-Le Pen : joute verbale au long cours

  • A
  • A
Mélenchon-Le Pen : joute verbale au long cours
@ REUTERS
Partagez sur :

RÉSUMÉ - "Semi-démente",  "idiot", "voyou" : retrouvez leurs échanges les plus saillants.

Il va y avoir du sport. Le duel annoncé entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen dans la très symbolique circonscription de Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, promet des échanges houleux. Les chefs de file du Front de Gauche et du Front national ont en effet pris l’habitude de se vilipender, pour ne pas dire s’insulter. Europe1.fr vous liste leurs meilleures joutes verbales.

18 janvier : Marine Le Pen, "semi-démente". En meeting  à Metz, Jean-Luc Mélenchon ouvre le feu et qualifie la présidente-candidate du FN de "semi-démente, qui propose des solutions auxquelles personne ne peut croire".

"Cette Mme Le Pen, qui n'a aucune espèce d'imagination, passe son temps à faire des emprunts forcés pour dire : je parle comme Mélenchon. Voyez mes ailes, je suis un oiseau. Et de temps à autres, je suis xénophobe, voyez mes pattes, je suis un rat. Cela nous fait une chauve-souris".

19 janvier : " un grand comédien, monsieur Mélenchon ". Dès le lendemain, Marine Le Pen riposte : Mélenchon "perd ses nerfs, je comprends ! C'est quand même pitié de voir quelqu'un qui se présente comme étant le défenseur des ouvriers n'attirer" que 2% de leurs intentions de vote, ironise-t-elle.

Tout en dénonçant "un vrai dérapage", la présidente du FN considère que "tout ça c'est du cinéma, c'est un grand comédien M. Mélenchon. (…) Devant les caméras, il éructe, il menace, il insulte. Mais en dehors des caméras, c'est un homme charmant, affable, presque un petit garçon".

31 janvier : Marine Le Pen "d'une stupiditude à l'autre". Jean-Luc Mélenchon lui répond en la traitant de "malheureuse" qui "va trébuchant d'une stupiditude à l'autre". "Elle est plutôt limitée, dans son humour comme dans son imagination", assène alors Jean-Luc Mélenchon, "la moitié du temps, elle répète des formules qu'elle emprunte aux autres. (...) Elle se mélange les papiers dans ses fiches".

23 février : "Marine la pétoche". La présidente du FN refuse un débat télévisé avec le candidat du Front de Gauche, si bien que ce dernier ironise sur "Marine la pétoche". "En m'insultant vous insultez des millions de Français et 40% des ouvriers qui s'apprêtent à voter pour moi", lui lace-t-elle en direct. "Semi-démente ? Ca vous laisse une bonne moitié", lui réplique-t-il.

7 avril : Mélenchon, un "idiot triplement utile". Marine Le Pen s’offre une offensive en trois temps contre son adversaire, traité "d’idiot triplement utile". Il est "d'abord l'idiot utile de François Hollande puisqu'il permet de se défouler au premier tour avant d'espérer voter au second tour pour le candidat socialiste. Mais il est aussi l'idiot utile de Nicolas Sarkozy puisqu'il affaiblit Hollande au premier tour permettant au candidat UMP d'espérer créer une dynamique pour le second tour".

"Il est enfin l'idiot utile de François Hollande et de Nicolas Sarkozy réunis puisqu'il trompe des électeurs qui croient s'attaquer au système en votant pour lui au lieu d'apporter leur suffrage à la seule candidate anti-système Marine Le Pen", ajoute-t-elle.

11 mai : Mélenchon, un "SCF, un sans circonscription fixe". Désormais certaine que Jean-Luc Mélenchon va l’affronter dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, Marine Le Pen relance leur joute sur Europe 1. "Ce n'est plus de la rage, c'est de l'amour", ironise-t-elle, avant de qualifier son adversaire de "SCF, un sans circonscription fixe". "Ce n'est pas très glorieux, je trouve, de la part de monsieur Mélenchon, que de tenter comme ça de courir après les caméras", ajoute-t-elle.

12 mai : nouvelle élection, nouvel affrontement ?  Désormais en lice dans la même circonscription, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon devrait multiplier les petites phrases. Rendez-vous au prochain épisode.