Mélenchon et Le Pen : l'impossible débat
Débat Le Pen Mélenchon © CAPTURE D'ECRAN

Les deux candidats étaient face à face, sur France 2, mais ne se sont pas vraiment affrontés.

La confrontation promettait d'être musclée. Elle a finalement tourné au dialogue de sourds. Accusant France 2 de "déshonorer le service public" en voulant lui "imposer de force cet adversaire", Marine Le Pen avait prévenu qu'elle ne débattrait avec Jean-Luc Mélenchon lors de son passage dans l'émission Des paroles et des actes. Dès lors, lorsque le candidat du Front de Gauche a pointé le bout de son nez sur le plateau vers 22h40, Marine Le Pen a exigé, de celui qu'elle appelle "l'insulteur public", des "excuses" aux millions de Français" qui votent pour elle et qu'il a "insultés" à travers elle. En vain.

Le duel annoncé entre les deux candidats, habitués à croiser le fer depuis 10 ans, s'est alors déroulé dans un climat tendu, laissant place à une succession de monologues. Entre sourires crispés et invectives, Europe1.fr passe en revue les moments forts de ce très étrange duel.


Acte I : "Ouhou, je suis là"

Marine Le Pen (s'adressant à David Pujadas). "En organisant ce débat vous ne répondez pas aux attentes des Français. Ce débat a été organisé pour une logique commerciale", se plaint-elle auprès du présentateur David Pujadas, se gardant bien dans le même temps de regarder Jean-Luc Mélenchon. "Vous êtes un peu le Paul Amar des temps modernes, vous auriez pu nous donner des gants de boxe", lance-t-elle à David Pujadas. Le journaliste tient de son côté à clarifier les choses : "il n'y a aucun traitement spécial qui vous a été réservé."

Jean-Luc Mélenchon : "Ouhou, je suis là".

Acte II : la polémique "semi-démente"

Marine Le Pen. La candidate FN reproche à son interlocuteur de l'avoir traité de "semi-démente".

Jean-Luc Mélenchon. "Ça vous laisse une bonne moitié".


Acte III : une question de légitimité ?

Marine Le Pen. "Ce débat n'a pas de sens parce que d'abord, vous n'êtes pas du tout au même niveau électoral que moi".

Jean-Luc Mélenchon. "Prenez-moi de moins haut. Je suis crédité dans les sondages au même score que celui que votre père a fait à la dernière présidentielle".

Acte IV : Le Pen refuse de débattre

Marine Le Pen. "Je ne veux pas débattre, monsieur Pujadas"

Jean-Luc Mélenchon. "Que faites-vous là ?

Marine Le Pen. "C'est un petit peu mon émission".

Jean-Luc Mélenchon : "Alors est-ce que je peux parler tout seul ?"

Acte IV : Mélenchon vide son sac...en vain

Jean-Luc Mélenchon. "J'ai l'intention de combattre votre infâme parti partout où je le pourrai". "On vous mettra la pilée que vous méritez"."Vous ne servez à rien". "Vous ne servez qu'à distiller de la haine. Regardez-moi quand je vous parle !", lui dit-il alors que la candidate du Front national est faussement plongée dans la lecture de journaux.

Marine Le Pen. "Je ne peux pas discuter avec un leurre."

Jean-Luc Mélenchon. Si j'étais un leurre, vous n'auriez pas si peur". "Elle ne veut pas parler, elle a perdu ses moyens".

Marine Le Pen. "J'ai une trop haute opinion des électeurs que je représente pour me soumettre à une farce."

A la sortie de l’émission, Jean-Luc Mélenchon a confié à Europe 1 avoir été "stupéfait et amusé". "J’estime qu’elle s’est couverte de ridicule", a jugé le candidat du Front de gauche, fier d’avoir "fait baisser les yeux à Le Pen".