Mélenchon défend Garrido, "avocate pauvre", cible d’une "cabale"

  • A
  • A
Mélenchon défend Garrido, "avocate pauvre",  cible d’une "cabale"
"Raquel Garrido, parce qu'elle est ma porte-parole, ça permet de dire ‘Mélenchon’ et de taper Garrido", a accusé le député des Bouches-du-Rhône.@ BERTRAND LANGLOIS / AFP
Partagez sur :

"Attaquez-nous sur nos idées, il y a largement assez ", a appelé Jean-Luc Mélenchon dimanche après dix jours de polémiques autour du (non-)paiement de cotisations sociales par sa porte-parole Raquel Garrido.

Jean-Luc Mélenchon a défendu dimanche l'une de ses porte-parole, Raquel Garrido, une "avocate pauvre qui ne paie pas ses cotisations" et se retrouve "clouée au pilori", après une série de révélations du Canard enchaîné. "Raquel Garrido n'est coupable de rien. C'est une cabale montée, organisée et qui répand des calomnies", a dénoncé le chef de file de la France Insoumise au Grand jury RTL-Le Figaro-LCI.

"La grande question du siècle, c'est est-ce qu'un avocat pauvre qui ne paie pas ses cotisations doit être cloué au pilori instantanément après qu'on lui ait coupé les mains, peut-être parce que c'est un voleur ?", s'est insurgé le député LFI des Bouches-du-Rhône. "Il y a 7.000 avocats qui sont dans cette situation. Vous vous en foutez. Les gens crèvent de misère dans ce pays, vous vous en foutez. Mais Raquel Garrido, parce qu'elle est ma porte-parole, ça permet de dire ‘Mélenchon’ et de taper Garrido", a-t-il déploré.

"Arrêtez de persécuter les gens". "Je souhaite de tout mon cœur que ces campagnes pourries cessent. Attaquez-nous sur nos idées, il y a largement assez. Arrêtez de persécuter les gens. Vous ne savez pas ce que c'est que de se lever le matin et de se voir jeter à la figure sa pauvreté. Vous ne savez pas ce que c'est que d'être dans une situation où vous ne pouvez plus faire un emprunt à la banque parce qu'il est écrit ceci ou cela dans le journal sur vous", a conclu Jean-Luc Mélenchon.

Raquel Garrido a fait à nouveau l'objet cette semaine d'un article du Canard enchaîné faisant état de dettes envers sa caisse de retraite et l'Urssaf, qu'elle a contestées en bloc. Selon l'hebdomadaire, elle "n'a pas déclaré un sou de revenu à l'Urssaf en 2016" et a fait l'objet d'un rappel de "6.113 euros" en mars 2016, puis le 28 septembre 2017.

Garrido a démenti. La semaine dernière, le Canard enchaîné avait écrit que Raquel Garrido, également chroniqueuse à C8, devait un arriéré de "cotisations sociales" de "32.215 euros" au CNBF, soit l'équivalent de six ans sans payer. Le CNBF avait affirmé dans un communiqué que cette information était "inexacte".

A propos des cotisations retraites, Raquel Garrido a regretté mardi que "Le Canard insiste alors que la CNBF a fait un démenti". "Il était totalement faux de dire que je n'avais jamais payé de cotisations ou de droits de plaidoiries depuis six ans, c'est-à-dire depuis ma prestation de serment", a-t-elle affirmé. Elle a ajouté qu'elle était "à jour" de ses "obligations déclaratives sur les revenus de 2016" et "de tous (ses) paiements Urssaf".