Marine Le Pen s’invite chez les Tea Party

  • A
  • A
Marine Le Pen s’invite chez les Tea Party
@ MAX PPP
Partagez sur :

La présidente du Front national souhaite rencontrer ses membres lors d’un voyage, en novembre.

A l’occasion de son prochain déplacement aux États-Unis, début novembre, Marine Le Pen souhaite rencontrer des membres des Tea Party, le mouvement conservateur et populiste des "buveurs de thé" né en 2008 d'une vive opposition à la politique de Barack Obama.

"Il y aura des républicains, il y aura, je l'espère des démocrates, parce que je veux rencontrer tout le monde, et je verrai peut-être un certain nombre de candidats des tea party (...) J'y vais pour discuter avec eux de la situation économique et réfléchir ensemble à un nouveau modèle économique", a confié la présidente du Front national au quotidien d’extrême droite Minute.

Même défense d'un protectionnisme national

Sur le plan économique, les thèses défendues par le Front national en France et celles des Tea party aux Etats-Unis sont pourtant diamétralement opposées. Alors que Marine Le Pen prône un Etat fort, les "buveurs de thé" sont, eux, des fervents partisans d’une baisse des dépenses publiques et défendent une intervention a minima de l’Etat.

Ce qui n’a pas l’air de gêner la présidente du FN : "Personne n'a la même position que moi aux Etats-Unis. Qu'ils plaident pour moins d'Etat dans leur pays, c'est leur problème. Moi, ça ne me regarde pas, ce qui m'intéresse, c'est la souveraineté nationale. Je ne suis pas candidate à la présidence du monde", assure-t-elle dans ce même entretien.

Marine Le Pen et les deux égéries du mouvement conservateur, Sarah Palin et Michele Bachmann devraient en revanche se retrouver autour des questions de l’avortement ou de la défense d’un protectionnisme national. Les représentants du Tea party seraient aussi emballés à l’idée de rencontrer la fille de Jean-Marie Le Pen. "Ils s'intéressent beaucoup à son ascension", assure le vice-président du FN et compagnon de Marine Le Pen, Louis Aliot, cité par Minute. La presse américaine est pourtant peu bavarde à ce sujet.