Marine Le Pen : "Nous sommes prêts, résolus, organisés" pour la présidentielle

  • A
  • A
Marine Le Pen : "Nous sommes prêts, résolus, organisés" pour la présidentielle
Marine Le Pen effectue cette semaine sa rentrée politique et médiatique.@ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

La présidente du Front national a détaillé la préparation de sa campagne pour l'élection présidentielle lors de ses traditionnels vœux à la presse.

Marine Le Pen, candidate Front national à la présidentielle, a affirmé mercredi lors de ses vœux à la presse à Paris qu'elle et son parti étaient "prêts, résolus, organisés" pour l'élection à venir mais aussi pour l'après en cas de victoire. "Au-delà de ma campagne, c'est mon quinquennat que j'ai préparé durant ces longs mois", a affirmé Marine Le Pen depuis son QG de campagne dans le 8ème arrondissement de Paris.

Travail de terrain... La présidente du FN a rappelé ses vœux de l'année précédente où elle avait annoncé qu'elle serait "peu présente médiatiquement" et qu'elle irait à la rencontre des Français. "C'est une promesse que j'ai tenue, c'est rare dans la vie politique française", a-t-elle souri. Marine Le Pen a évoqué notamment sa "grande tournée en Outre-mer", à Saint-Pierre-et-Miquelon, Mayotte, en Guyane ou à la Réunion, mais pas aux Antilles où elle souhaitait se rendre.

... et de réflexion. Mais, alors que ses soutiens garantissent que la candidate d'extrême droite a fait en 2016 "des tas de rencontres sans pub", Marine Le Pen a concentré l'année écoulée sur la préparation de sa campagne, plutôt loin du terrain. C'est ce qu'elle a souligné en creux, saluant le travail de ses équipes et groupes de réflexion, "comités d'action programmatique", "collectifs", Horaces (hauts fonctionnaires), mais aussi celui de ses équipes sur les réseaux sociaux, "canal complémentaire à la presse".

Une campagne ordonnée. "Je sais où je vais et comment j'y vais. Face à nous, et au fur et à mesure que nous découvrons les candidatures que nous aurons à affronter, nous faisons le constat d'une grande irrésolution et d'une grande imprécision", a dit celle qui pilonne François Fillon, candidat de la droite, depuis sa désignation à la primaire fin novembre. "Face à ce flou, à cette politique de la posture et de l'apparence" qu'elle observe chez ses adversaires, "il y a dans ma candidature un cap, un roc, de la solidité, il y a dans ma candidature une profondeur, une volonté, une détermination sans faille, face à ce désordre, il y a de mon côté une campagne ordonnée, en ordre, pour remettre la France en ordre", a-t-elle conclu.