Marine Le Pen accuse Sarkozy "d'allégeance" au roi d'Arabie saoudite

  • A
  • A
Marine Le Pen accuse Sarkozy "d'allégeance" au roi d'Arabie saoudite
@ FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Partagez sur :

La chef de file de l'extrême-droite a tenu son discours de rentrée politique samedi à Brachay et en a profité pour cibler l'ancien président de la République.

Pour sa rentrée politique samedi à Brachay, en haute-Marne, Marine Le Pen a décidé de hausser le ton. C'est ainsi que la présidente du Front national a accusé Nicolas Sarkozy d'avoir fait "allégeance" au roi d'Arabie Saoudite, illustration à ses yeux d'un "personnel politique soumis aux Qataris ou aux Saoudiens".

Une "allégeance au promoteur mondial du wahabbisme". "Début août, Nicolas Sarkozy a fait un déplacement secret au Maroc pour rencontrer le roi d'Arabie saoudite et l'assurer de sa bienveillante amitié. Il se voudrait le champion médiatique de la lutte contre l'islamisme radical, il a été faire allégeance au promoteur mondial du wahabbisme", a lancé la présidente du parti d'extrême-droite. "Ne sommes-nous pas davantage victimes de nos politiques que des événements eux-mêmes ?", a-t-elle demandé.

Une manière de valoriser un FN indépendant de toute influence. Critiquant un "personnel politique soumis aux Qataris ou aux Saoudiens", la candidate à l'élection présidentielle de 2017 s'est présentée comme une femme "libre par rapport au Qatar qui achète tout et tout le monde" mais aussi par rapport aux "banques et multinationales", "à l'Union européenne ou l'Allemagne qui la domine". "Je ne reconnais aucun pouvoir étranger sur le peuple étranger, je ne crains ni n'ai prêté aucune allégeance à aucune puissance du monde", a insisté l'eurodéputée, qui se dit "libre aussi par rapport au bilan de cette classe politique". Le FN lui même a néanmoins déjà fait appel à l'aide financière d'une puissance étrangère, en l'occurrence la Russie.

"Comment porter un diagnostic clair quand on est soi même responsable du désastre (...) Ils espèrent que les Français oublieront leurs échecs, mais désolée, nous serons là pour les rappeler", a-t-elle ajouté lors d'un discours de 45 minutes entrecoupé du slogan "Marine présidente !" lancé à de nombreuses reprises par ses partisans. "Libre par rapport aux ambitions des uns et des autres", Marine Le Pen "ne concourt pas pour être ministre ou Premier ministre d'untel ou untel" -allusion à la primaire de la droite- mais est "là pour porter (sa) propre vision". "Finalement, je dis que le chef de l'Etat ne doit avoir qu'une seule boussole, le peuple français", a-t-elle déclaré.


Marine Le Pen fait sa rentrée politique à Brachay

La promesse d'un référendum sur l'UE. Marine Le Pen a par ailleurs répété une nouvelle fois qu'elle organiserait un référendum sur l'appartenance de la France à l'Union européenne si elle est élue présidente de la République en 2017. Les Britanniques "ont choisi leur destin et décidé de quitter l'Union européenne. Ils ont fait le choix de l'indépendance (...) Ce référendum sur l'appartenance à l'Union européenne, je le ferai en France, car vous avez le droit à la parole", a déclaré la présidente du Front national lors d'un discours de 45 minutes entrecoupé de nombreux "Marine présidente !" lancés par ses partisans.

"Oui, mes amis, il est possible de changer les choses. Un peuple peut décider d'emprunter une autre voie, la liberté peut encore nous guider. Français, nous pouvons redevenir un peuple libre, fier, indépendant, nous pouvons rendre à la France sa vraie place dans le monde", a-t-elle ajouté. "Cette grandeur est un objectif que nous nous fixons tous pour notre fier et vieux pays", a dit l'eurodéputée.