Manuel Valls a-t-il vraiment détourné le symbole de Marianne ?

  • A
  • A
Manuel Valls a-t-il vraiment détourné le symbole de Marianne ?
@ PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :

Le Premier ministre a évoqué Marianne pour parler de la liberté de la femme contre le "totalitarisme islamique". A raison ? Les historiens sont divisés. 

"Marianne, le symbole de la République, elle a le sein nu, parce qu'elle nourrit le peuple. Elle n'est pas voilée, parce qu'elle est libre. C'est ça, la République !", a lancé Manuel Valls, lundi soir, lors du meeting de rentrée de la majorité, qui se tenait à Colomiers, près de Toulouse.

En plein débat sur le burkini, le ministre invoque donc Marianne pour dénoncer le "nouveau totalitarisme", le "totalitarisme islamiste". "Une société démocratique, libre, égalitaire, se juge d'abord, peut-être, aujourd'hui, sur la place des femmes", martèle-t-il encore.

Cette saillie, pourtant applaudie par la salle, n'a pas manqué d'enflammer la toile dès lundi soir. Au-delà du risque d'amalgame entre femme "voilée" et "totalitarisme islamiste" qu'elle suscite, c'est la référence faîte à Marianne pour appuyer un propos sur la "place des femmes" qui est pointée du doigt.

>> Le Premier ministre a-t-il détourné le symbole de son sens premier ? Les historiens sont divisés :

  • "Marianne ne représente en aucun cas les libertés des femmes"

"Manuel Valls confond deux choses : Marianne, et les femmes", tacle pour sa part Mathilde Larrere, maître de conférences en histoire à l'université Paris-Est Marne-la-Vallée, au micro d'Europe 1. "Marianne n'est pas du tout une allégorie de la femme. Marianne ne représente en aucun cas les droits et les libertés des femmes. Elle ne représente qu'un régime : la République", renchérit l'auteure de L'urne et le fusil. "Choisir une femme permettait de faire contrepoids aux représentations masculines des rois", poursuit-elle, rappelant qu'au 19e siècle, date où Marianne et son fameux buste se sont peu à peu imposés comme des symboles de la République, les femmes n'avaient pas plus de droits qu'un enfant.

>> Auparavant, Mathilde Larrere s'était fendue de 25 tweets pour corriger l'erreur du Premier ministre :





"Sur le sein, il y a plusieurs représentations. La Marianne au sein nu est plutôt révolutionnaire. Alors que les Marianne des Républicains libéraux sont des Marianne aux seins couverts", poursuit l'historienne. Qui enchaîne : "quant à dire qu'elles ne sont pas voilées, il fait une erreur. Que ce soit par une couronne de Laurier ou un bonnet phrygien, elle a nécessairement la tête couverte. Car au 19e siècle, les femmes dites 'en cheveux', c'est à dire avec rien sur la tête, sont considérées comme des prostitués. C'était très mal vu". "Il y a une série d'erreurs historiques dans la déclaration de Manuel Valls. Il y a un mépris de cette histoire assez complexe qu'est celle de Marianne. C'est un peu n'importe quoi", martèle encore Mathilde Larrere.

  • "Marianne représente l'émancipation"

 "Il y a tout de même beaucoup  de vrai dans ce que dit Manuel Valls", estime au contraire Jean Guarrigues, professeur d'histoire à l'université d'Orléans et auteur d'Images de la Révolution française – L'imagerie républicaine de 1789 à nos jours. "Après la révolution française, dans l'iconographie, les idées de liberté et de République se confondaient. Marianne était représentée comme subversive, transgressive. Dans la peinture d'Antoine-Jean Gros, en 1794, Marianne avait déjà le sein nu. Il y avait une idée d'émancipation derrière celle de révolution. Certes, ce n'était pas encore directement l'idée d'émancipation féministe, les femmes ont été oubliées par les révolutionnaires. Mais même s'il n'y a pas de filiation directe, il n'est pas illogique d'inscrire la liberté des femmes  dans cet héritage. C'est une allégorie, il ne faut pas prendre la phrase de Manuel au pied de la lettre", avance l'historien.

Comme Mathilde Larrere, Jean Garrigues reconnaît que l'histoire de Marianne est "complexe". Il n'y a pas UNE Marianne. Mais selon lui, par sa déclaration, Manuel Valls a fait son choix entre les différents symboles. "Je ne sais pas s'il l'a fait exprès, mais ce que dit le Premier ministre a beaucoup de résonnance avec l'histoire. Au 19e, la Marianne au sein nu était la représentation de la Marianne de gauche, celle de la révolte, contre les républicains conservateurs qui préféraient une Marianne aux seins couverts. Manuel Valls a choisi d'évoquer la Marianne de gauche", poursuit l'historien. Et de conclure : "C'est la Marianne du peintre Honoré Daumier, représentée seins nus allaitant ses enfants. Elle symbolisait la révolution en train de nourrir le peuple".