UMP : malgré les affaires, les adhésions affluent

  • A
  • A
UMP : malgré les affaires, les adhésions affluent
@ MaxPPP
0 partage

ENQUÊTE E1 - Le retour au premier plan de Sarkozy suffit à rassurer les adhérents, qui ont repris massivement leur carte.

L’INFO. Tout est fait pour les décourager. Entre la démission de Jean-François Copé emporté par l’affaire Bygmalion, les boules puantes lancées par les fillonistes et les copéistes, la dette abyssale de l’UMP et la mise en examen de Nicolas Sarkozy, on aurait pu s’attendre à une chute des adhésions à l’UMP. Selon les informations d’Europe 1, et contre toute attente, ils sont au contraire excellents.  

>> A LIRE AUSSI : Grand déballage à l'UMP : qui est accusé de quoi ?

De l’inquiétude… Il y un an, en juin 2013, il y avait 124.000 adhérents à l'UMP. Depuis cette date, les affaires se sont enchainées : annulation des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy, la guerre Copé Fillon qui n'en finit plus sans oublier, bien sûr, l'affaire Bygmalion. Conséquence de cet affairisme : des militants se rendent devant le siège de l'UMP pour déchirer leur carte d’adhérent face aux caméras.

Histoire d’endiguer la chute annoncée, l’UMP envoie automatiquement une nouvelle carte de militant à tous ceux - ils étaient 65.000 -  qui ont participé au sarkothon, cette grande collecte nationale destinée à rembourser les 11 millions d'euros de dette des comptes de campagne. Un signe.

RTR3WVLK

… à l’optimisme. Au début de l’année 2014, entre la démission de Jean-François Copé et la mise en examen de Nicolas Sarkozy, tous les ingrédients sont réunis pour assister à un exode massif des militants. Et, surprise, il n’en est rien. Au rendez-vous du renouvèlement annuel des adhésions, ils répondent présents, et en masse. A la fin du mois de juin 2014, ils sont en effet 161.000 à jour de cotisation, soit 38.000 de plus qu'il y a un an.

RTR30VQ4

"Une vraie dynamique liée à ce qui touche Sarkozy". Pour Edouard Courtial (photo), le délégué général aux fédérations de l'UMP, l’explication est à chercher du côté du retour annoncé de Nicolas Sarkozy. "Il y aujourd’hui, à la fin du premier semestre, plus d’adhérents à l’UMP et une vraie dynamique liée à ce qui touche Nicolas Sarkozy. Beaucoup de nos militants, à l’intérieur de la famille, ont voulu montrer leur adhésion en la renouvelant", a-t-il expliqué à Europe 1.

Un militant confirme l'idée. Alexis Fallait a 17 ans et a pris sa carte à l’UMP en février dernier : "je l’ai pris pour défendre Nicolas Sarkozy car j’en ai assez d’entendre ce que l’on dit sur lui. Ce que je veux, c’est pouvoir voter pour lui, en novembre aux primaires de l’UMP, et en 2017 pour qu’il aille à l’Elysée", explique-t-il à Europe 1.

Cet optimisme devrait se poursuivre puisque le chiffre des adhésions devrait encore augmenter dans les jours et semaines à venir. Dans les fédérations locales, il reste en effet des piles de dossiers à traiter. Ce boom des adhésions lié au retour annoncé-répété de l’ancien président est confirmé par tous. Et même chez les partisans de François Fillon ou de Jean-François Copé, on est bien obligé de le reconnaître.