Malaise de Laurent Fabius : la faute à "un bout de grippe"

  • A
  • A
Malaise de Laurent Fabius : la faute à "un bout de grippe"
@ MICHAL CIZEK / AFP
Partagez sur :

VIDÉO - Le ministre des Affaires étrangères a fait un malaise lors d'une conférence de presse, dimanche à Prague. "Ca va très bien. J'ai encore la voix prise, mais la grippe, cela arrive à tout le monde", a-t-il assuré lundi.

C'était dimanche à Prague, lors d'une conférence de presse avec son homologue tchèque, dans le cadre d'une visite officielle. Laurent Fabius a soudain fermé les yeux, puis vacillé derrière son pupitre, le visage livide, l'air absent. Les personnes présentes l'ont alors évacué hors de la salle.

Un malaise vagal. Lundi, l'entourage de de Laurent Fabius se voulait toutefois rassurant, évoquant un "malaise vagal" lié à un "coup de chaud". "Il est parti grippé de Paris et il faisait 37 degrés dans cette pièce", explique un conseiller contacté par Europe 1.

"En pleine forme". Le ministre s'est vite remis sur pied, affirme également son entourage. Quinze minutes plus tard," sans même avoir vu de médecin, il est parti comme prévu à son dîner officiel", assure-t-on au Quai d'Orsay. Un autre conseiller précise que Laurent Fabius est "en pleine forme maintenant et qu'il ne change rien à son agenda". Il devait rentrer lundi après-midi à Paris pour le début de la semaine des ambassadeurs.

"J'avais un bout de grippe". "Ca va bien", a assuré le ministre français des Affaires étrangères, lundi sur BFM TV. "J'avais un bout de grippe et je n'ai pas voulu remettre mon voyage officiel en République tchèque. Je suis donc allé là-bas puis j'ai un petit coup de chaud. Cela a duré deux minutes mais ça va très bien. J'ai encore la voix prise, mais la grippe, cela arrive à tout le monde", a-t-il déclaré.

Un rythme de vie qui n'arrange rien. Interrogé sur le fait que sa fonction pouvait expliquer un tel accident, le ministre a reconnu qu'il "est certain qu'il faut être résistant. Je dis souvent que je fais environ 40.000 kilomètres par mois. Mais c'est un métier passionnant dans des circonstances très difficiles parce qu'il y a des crises partout". Et Laurent Fabius de conclure : "je pense que la diplomatie est bien tenue". En effet, le ministre répète souvent qu'il fait l'équivalent d'un tour du monde par mois, notamment pour préparer la conférence climat qui se tiendra à Paris en décembre. On le voit régulièrement s'assoupir pendant des réunions ou des visites. Mais ce malaise en public est une première.