Mais qui est Jacques Cheminade ?

  • A
  • A
Mais qui est Jacques Cheminade ?
Cheminade a déposé ses parrainages au Conseil constitutionnel@ MAXPPP
Partagez sur :

PORTRAIT -  Jacques Cheminade sera "l'outsider" de la course à l'Elysée.

Pourfendeur de "l’oligarchie financière", Jacques Cheminade sera l’outsider de la campagne présidentielle de 2012.

Jeudi matin, après avoir passé presque deux ans à faire le tour des mairies, ce politique indépendant, dont aucun institut de sondages n'avait prévu la candidature, a déposé au Conseil constitutionnel les signatures requises pour concourir à la présidentielle. Dans sa musette, 538 parrainages d’élus locaux.

> Déjà candidat en 1995

Quasi-inconnu du grand public, Jacques Cheminade n’est pourtant pas un novice en politique. En 1995, cet ancien haut fonctionnaire de 68 ans avait déjà participé à la présidentielle, se classant toutefois bon dernier avec 0,28% des voix au premier tour.

En 2002 et 2007, Jacques Cheminade a ensuite retenté sa chance. En vain. Il n’avait alors pas pu rassembler les 500 fameuses signatures nécessaires, notamment en raison d’un conflit avec un autre candidat : Nicolas Miguet (Rassemblement des contribuables français) qui depuis a été condamné pour l’avoir publiquement diffamé.

cheminade

> "Comme De Gaulle" et "comme Jaurès"

A la tête du mouvement "Solidarité et Progrès", Jacques Cheminade se revendique "des hommes politiques de caractère, comme le général de Gaulle, Pierre Mendès-France ou Jean Jaurès", selon un porte-parole. Lui, se qualifie comme "gaulliste de gauche", et se dit "l'adversaire du monde de la finance".

"Le symbole de ma campagne c'est un peu la statue du capitaine Dreyfus", dit encore ce diplômé de l'Ena et de HEC, assurant être "dreyfusard pour défendre contre toute injustice celui qui en a été victime".

Il se dit également proche des idées de l'homme politique et essayiste américain Lyndon LaRouche, dont il avait rencontré "les amis à New York en 1974", selon son site de campagne.

> Son programme : devenir le cauchemar de la finance

Côté programme, sa démarche peut se résumer en une phrase : devenir le cauchemar des financiers. "On ne peut accepter cette Europe qui renfloue les banques et égorge les peuples", répète-t-il à l’envi, rappelant qu’il avait prédit en 1995 "que dans 10 à 12 ans, une crise financière et monétaire très grave allait se produire".

Pour lui cette terrible prédiction s’est réalisée. Et aujourd’hui, "face à la tragique défaillance des responsables politiques et à l'aveuglement autodestructeur des extrêmes", Jacques Cheminade entend bien contribuer dès maintenant à "un sursaut en défendant une politique de justice sociale et de progrès économique".

> Une campagne à petits moyens

Pour financer sa campagne, le candidat de "Solidarité et Progrès" a opté pour un prêt à la consommation, comme le candidat du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon, dont il se sent proche, sauf sur sa volonté de maintenir le nucléaire.

Par ailleurs, le candidat, dont les biens ont été saisis par la justice après le rejet de ses comptes de campagne en 1995, mène toujours un combat pour les récupérer.

Interrogé sur le score qu'il espère obtenir à la présidentielle, il affirme n'avoir "pas d'espoir", "ce n'est pas mon sujet", expliquant : "Nous avons des dons, des prêts, nous avons tout ce qu'il faut pour financer une campagne à coût limité. Ce qui compte, c'est parler aux Français".