Maël de Calan : "Les populistes ont gagné et vont arriver au pouvoir"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Chez Anne Roumanoff, l'élu des Républicains met en garde contre une accession au pouvoir des populistes, plus que jamais possible selon lui.

ANNE ROUMANOFF, ÇA FAIT DU BIEN

Ancien challenger de Laurent Wauquiez pour la présidence des Républicains, Maël de Calan vient de sortir un livre, La tentation populiste. Chez Anne Roumanoff, vendredi, ce proche d'Alain Juppé alerte contre les populistes de tous bords.

Les populistes au pouvoir ? "C'est quasiment inéluctable". Démagogie, simplisme et mensonge : tel est le terreau qui rend fertile le populisme selon Maël de Calan. Dans son livre, en forme de cri d'alarme, l'homme politique estime qu'il est plus que jamais temps de faire face à cette menace. "La thèse de cet ouvrage, c'est que les populistes ont gagné et vont arriver au pouvoir en France. C'est quasiment inéluctable", affirme l'élu Républicain.

Dès lors, Maël de Calan veut que les formations politiques soient capables de contrer ces populistes. "À partir du moment où cela va se produire, comment est-ce qu'on construit des alternatives non populistes et crédibles, qui soient capables de résister aux chocs ?", s'interroge-t-il.

>> De 11h à 12h30, c’est tous les jours Anne Roumanoff sur Europe 1 ! Retrouvez le replay de l’émission ici

"Quand les discussions de bistrots arrivent au pouvoir". Selon Maël de Calan, l'accès des populistes au pouvoir "peut venir de l'extrême gauche ou de l'extrême droite". "Le problème, c'est quand les discussions de bistrot arrivent au pouvoir par des gens cyniques, qui savent que l'on va aggraver le problème et qui ne font rien, car c'est une manière pour eux de conquérir le pouvoir", affirme l'élu des Républicains. Il met d'ailleurs en garde, sur les conséquences d'un éventuel succès de ces démagogues. "Tout ce que l'on tient pour acquis en France - la liberté la sécurité, la prospérité - ne l'est pas en réalité", indique-t-il. "Cela implique qu'à chaque génération, on se batte pour elles."