Livre blanc : la droite réinvestit la sécurité

  • A
  • A
Livre blanc : la droite réinvestit la sécurité
Claude Guéant en visite dans une cité de Sevran@ Maxpppp
Partagez sur :

Un Livre blanc sur la sécurité a été remis à Claude Guéant. Zoom sur les principales propositions.

Moins d'avocats dans les gardes à vue, un nouveau fichier de police, ... le Livre blanc sur la sécurité, remis officiellement mercredi à Claude Guéant, déroule tout un programme sécuritaire. Mais l’objectif "n’est pas de nourrir un programme présidentiel", précise d’emblée le ministre de l’Intérieur Claude Guéant, dans une interview accordée au Monde, dans son édition datée de jeudi. Mais il ajoute tout de même que le livre "confirme les choix faits en matière de sécurité par le président de la République lorsqu’il était encore place Beauvau". Des choix qu'il dit "poursuivre depuis [son] arrivée" à l'Intérieur.

A quelques mois de la présidentielle, alors que pour l’instant l’UMP n’a ni programme ni candidat déclaré, ces propositions sont loin d’être anodines. D’autant plus que le Livre blanc est une commande ministérielle, émanant de l'ex-locataire de la place Beauvau Brice Hortefeux fin janvier. Il a par ailleurs été écrit par le préfet de police Michel Gaudin et par le président de l’Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale Alain Bauer, deux proches de Nicolas Sarkozy. Revue des principales propositions de ce Livre blanc.

Contourner la nouvelle garde à vue - Le Livre blanc revient sur la réforme de la garde à vue, en vigueur depuis avril. Ce nouveau régime, très décrié par les policiers, instaure le droit à garder le silence et la présence obligatoire d’un avocat. Pour éviter ce qui est vu comme un alourdissement de la procédure, deux pistes : pour des délits mineurs, comme le vol à l’étalage, une "retenue judiciaire" de quatre heures maximum. Sans avocat. Claude Guéant trouve ce "formalisme réduit" "intelligent", dit-il au Monde.

Deuxième solution préconisée, étendre aux infractions les plus graves, notamment les homicides volontaires ou les enlèvements, les régimes dérogatoires de la garde à vue prévus aujourd'hui pour le terrorisme, la criminalité organisée et le trafic de stupéfiants. Ce qui permettrait de retarder la présence de l’avocat à la 48e heure de garde à vue.

Renforcer la police de proximité - L’UMP, qui distingue complètement ses patrouilleurs de la police de proximité du PS, veut privilégier les brigades de terrain, attachées à un territoire sur lequel elles sont présentes tous les jours, surtout dans les quartiers sensibles. Le Livre blanc prévoit donc notamment de renforcer la formation des policiers à l’accueil, au contact et au dialogue avec la population.

Créer un nouveau fichier - A côté des fichiers d'empreintes génétiques (FNAEG) et digitales (Fnaed), le Livre blanc veut mettre en place un fichier reposant sur l'image du visage.

Un quart de CRS en moins - Le Livre blanc propose de diminuer d’environ 25% le volume des forces de maintien de l’ordre, c’est-à-dire les CRS et les gendarmes mobiles. Pourtant Claud Guéant estime, dans Le Monde, qu’ "après 2012, et la réduction de 3.000 postes de policiers et de gendarmes, il deviendrait difficile de réduire encore les effectifs".

Une amende pour les parents laxistes - Ce n’est pas une proposition du Livre blanc, mais Claude Guéant lance l’idée dans Le Monde : une amende pour les parents dont l’enfant, de moins de 13 ans, traîne seul dans la rue, après 23 heures. "Le montant doit être dissuasif : 150 euros par exemple", précise le ministre. Et d’ajouter : "si cela ne suffit pas à provoquer une prise de conscience des parents, je souhaite qu’ils s’engagent par la signature d’un contrat de responsabilité parentale, avec suspension possible des allocations familiales".