Limogée, Delphine Batho contre-attaque

  • A
  • A
Limogée, Delphine Batho contre-attaque
Delphine Batho devant les journalistes pour une séance d'explications.@ Reuters
Partagez sur :

RESUME - L’ex-ministre de l’Ecologie a fait le point jeudi sur son limogeage. L'occasion de remettre les pendules à l'heure.

Sans langue de bois. Delphine Batho a donné une conférence de presse, jeudi. Elle avait annoncé vouloir "tout dire" sur son limogeage. Et elle n'a pas menti. L'ancienne ministre de l'Ecologie a notamment mis en cause, avec virulence, Jean-Marc Ayrault, qui arbitre les budgets "sans discussion directe avec les ministres concernés". Et prévenu ses anciens camarades du gouvernement que la donne avait changé.

"Je n’ai pas manqué à la solidarité gouvernementale". Avec quelques minutes de retard, le sourire crispé et quelques notes sous les yeux, Delphine Batho est venue affronter la presse, jeudi, venue en masse pour l'écouter. Après avoir rappelé son CV - et notamment son rôle de porte-parole de la campagne de François Hollande - et ses différentes fonctions au Parti socialiste, elle a assuré que "pendant toutes ces années, je n’ai jamais été prise en défaut de loyauté envers mon camp. Je n’ai jamais commis la moindre bourbe, fait le moindre couac", a-t-elle assuré. Et de conclure :  "je n’ai commis ni une erreur ni une faute. Je n’ai pas manqué à la solidarité gouvernementale. Je me suis conformée à la charte de déontologie signée lors du premier conseil des ministres." 

"Mon éviction est aussi un message à mes ex-collègues". Regrette-t-elle d’avoir déclaré que son budget était "mauvais" ? Pas du tout : "j’assume ma responsabilité d’être une lanceuse d’alertes pour la gauche, pour l’écologie. Je ne suis pas une victime. (…) J’ai ouvert un débat politique nécessaire car ce budget marque un tournant. Je n’ai pas accepté ce tournant en silence. Mon éviction est aussi un message à mes ex-collègues pour leur dire : ‘la collégialité, au gouvernement c’est fini.’"

RTR37YC6(1)

"Le Premier ministre a décidé de changer de méthode". En s’exprimant ainsi devant la presse, Delphine Batho voulait aussi (surtout ?) régler ses comptes avec l’exécutif, qu’elle n’a pas épargné tout au long de son intervention médiatique. "Je n’imaginais à aucun moment une réaction qui m’a paru disproportionnée. Que cela me vaille des remontrances, peut-être, mais j’imaginais plutôt provoquer une discussion." Mais, selon elle, "le Premier ministre a décidé de changer de méthode, quelque chose a changé dans le fonctionnement gouvernementale", a-t-elle encore taclé, avant d'estimer que le gouvernement, en la limogeant, a cédé sous la pression de certains lobbies. "Certaines puissances économiques n'acceptaient pas le niveau d'ambition que je fixais pour la transition énergétique", notamment sur la question du gaz de schiste et la réduction de la part du nucléaire en France, a-t-elle déclaré.

IP3VISO130530064
"Ces forces ne se sont pas cachées de vouloir ma tête, mais si le gouvernement avait été solidaire, elles n'y seraient pas parvenues", a-t-elle encore ajouté. Et l'ancienne ministre a été encore plus loin, en citant nommément un responsable, selon elle : Philippe Crouzet (photo), époux de Sylvie Hubac, et qui n'est ni plus ni moins que la directrice de cabinet du président François Hollande."Est-il normal que le patron de l'entreprise Vallourec directement intéressé par l'exploitation des gaz de schiste ait pu annoncer ma marginalisation des semaines à l'avance devant des responsables de son entreprise aux USA ?" a-t-elle demandé.

"Il y a un tournant de la rigueur". Le mot fait frémir les majorités, de droite comme de gauche. Pas Delphine Batho, qui l’a assuré avec force et conviction : "il y a un problème sur le fond, il y a un problème sur la forme. Il y a un tournant de la rigueur qui ne dit pas son nom. On peut changer les ministres. Mais le président, ce sont les Français qui l’ont élu. Je ne souhaite pas son échec." Selon elle, le budget 2014 "marque un tournant par rapport à la volonté de mener à bien la transition écologique". "Je n'ai pas accepté cela en silence", a-t-elle conclu.