"L'immobilisme est une tentation de plus en plus grande"

  • A
  • A
Partagez sur :

Sophie Coignard, auteure de Ça tiendra bien jusqu'en 2017, dénonce le manque de courage des dirigeants politiques.

INTERVIEW

"Ça tiendra bien jusqu'en 2017." La journaliste Sophie Coignard attribue à François Hollande cette phrase qui sert de titre à son nouveau livre, dans lequel elle s'attaque à l'immobilisme des hommes politiques. "C'est une tentation de plus en plus grande depuis, disons, une quinzaine d'années", diagnostiquait-elle mercredi au micro d'Europe 1, invitée du Club de la presse.

"Une manière de ne pas gouverner." Pour elle, ce propos "résume une manière de ne pas gouverner. Il n'y a pas tellement de doutes sur le fait que l'idée générale est : 'Si l'édifice parvient à rester à peu près debout jusqu'en 2017, c'est déjà un gros acquis pour la réélection de François Hollande.'" L'actuel locataire de l'Elysée n'est pas le premier à céder à cette tentation, mais "ça a commencé un peu tôt dans le quinquennat", pointe Sophie Coignard.

Avec force exemples, du choc de simplification au redécoupage des régions, la journaliste veut démontrer que les "effets d'annonce" prennent le pas sur l'action politique. Avec ce constat peu encourageant : "Il y a des politiques qui ne sont pas là pour longtemps, qui ne veulent pas taper du poing sur la table, et qui optent pour la loi de l'ennui minimum."