Levallois : furieux contre Fillon, des militants retirent ses affiches

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

À Levallois, les Républicains contestent la non-investiture du candidat choisi par Patrick Balkany pour les prochaines législatives. La réponse ne s'est pas faite attendre.

Les Républicains empêtrés dans l'affaire Fillon sont en train d'attribuer les circonscriptions pour les législatives. Et ça ne fait pas que des heureux. À Levallois, dans les Hauts-de-Seine, Patrick Balkany avait adoubé l'un de ses adjoints, mais la commission a choisi le président du département, Arnaud de Courson. Les militants n'ont pas apprécié non plus, comme a pu le constater notre journaliste sur place. 

"Fillon nous a pris pour des imbéciles". Ils sont tellement furieux qu'à la permanence LR, ils ont retiré toute référence à François Fillon. Il reste des portraits de Charles Pasqua ou de Nicolas Sarkozy, mais plus aucune trace du candidat à la présidentielle. Ni affiches, ni tracts. Jean-Paul ne comprend pas la décision d'exclure le candidat choisi par Patrick Balkany, et a choisi d’arrêter de payer sa cotisation au parti : "J’ai toujours été sur tous les marchés, et je peux vous dire que là, je n’irai absolument pas porter la bonne parole pour ce Fillon. Qu’il soit radié des Républicains pour trahison ! Il nous a pris pour des imbéciles", s’indigne-t-il.

"C’est presque une insulte". Même ton chez Isabelle Balkany, épouse et première adjointe du maire. Pour elle, cette décision crispe des tensions réveillées par les polémiques autour de François Fillon : "Vis-à-vis de nos militants – ils étaient d’ailleurs très nombreux de Levallois et de Clichy à la Villette –, c’est presque une insulte. Quand on est dans la tourmente au niveau national, on évite de susciter un orage au niveau local, là où la météo est complètement calme", estime l’élue. "Donc, je suspends mon soutien à François Fillon pour l’instant". Et elle l'assure, sa décision n'est pas motivé par les révélations du Canard enchaîné.